Un exercice spatial inédit au CNES de Toulouse

(crédit photo : DICOD / Commandement de l’Espace).

(B2) Le premier exercice organisé par le tout nouveau commandement français de l’espace vient de se dérouler à Toulouse, dans les locaux du centre national d’études spatiales (CNES), du lundi 8 au jeudi 11 mars.

Au cœur du scénario : une crise qui prend progressivement de l’ampleur sur un continent fictif en plein cœur de l’océan Atlantique. Face aux ‘rouges’, la signalétique traditionnelle de l’ennemi, les ‘bleus’ du bloc euro-atlantique — la France et deux alliés (Américains et Allemands) — viennent à la rescousse.

Au fil de la semaine, la base de données du simulateur — avec pas moins de 10.000 objets spatiaux et 5 applicatifs opérationnels — a permis de générer toute une série d’évènements spatiaux (18 en tout) permettant de balayer tous les types d’incidents. Des tirs contre un satellite à la menace de chutes de débris (et leur détection dans l’atmosphère), en passant par des attaques par brouillage, ou des phénomènes météo, rien ne manquait, ou presque.

Une soixantaine de personnes ont participé à l’exercice, venant de toutes les unités opérationnelles du commandement de l’espace : le C3OS de Paris (ou centre de commandement et de contrôle des opérations spatiales), le CMOS de Creil (centre militaire d’observation par satellite et le COSMOS de Lyon (centre opérationnel de surveillance militaire des objets spatiaux).

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).