La frégate Guépattre dans Agénor

(B2) Partie de Toulon au cours du mois de février, la FLF Guépratte a officiellement intégré l’opération AGÉNOR le 26 février.

La frégate Guépratte (DICOD/Marine nationale)

Succédant à la frégate anti-aérienne Jean-Bart, la frégate a passé le détroit d’Ormuz pour la première fois de son déploiement le 2 mars pour rejoindre dès le lendemain, la base navale des Forces françaises aux Émirats arabes unis (FFEAU). Quelques jours avant, dans le golfe d’Aden, elle avait navigué de conserve avec la frégate grecque Hydra, déployée temporairement en soutien associé de l’opération.

Dans le cadre d’AGÉNOR, le Guépratte rejoint donc un Atlantique 2 de la flottille 23F, déployé sur la base aérienne aux Émirats arabes unis depuis fin janvier. Au cours de la semaine écoulée, l’avion de patrouille maritime français a réalisé quatre vols opérationnels de sept heures dans le golfe arabo-persique et le golfe d’Oman.

Le jeudi 25 février, l’opération AGÉNOR, volet militaire de l’European-led Awareness in the Strait of Hormuz (EMASOH), a fêté sa première année d’existence. Depuis le début de l’opération, sept frégates européennes et plusieurs détachements d’Atlantique 2 se sont succédé. En un an, ce sont ainsi plus 100 vols opérationnels, 400 jours de mer et une centaine de franchissements du détroit d’Ormuz qui ont été réalisés au profit de l’opération européenne commandée actuellement par le commodore danois Carsten Fjord Larsen.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).