La flotte des F-16 belges quasi à l’arrêt. Problème de moteur

(B2) La défense belge a annoncé ce mardi (9 mars) la décision d’immobiliser temporairement une partie de sa flotte d’avions de combat F-16

F-16 (© NGV / Archives B2)

La décision vient d’être annoncée aujourd’hui. Mais l’incident remonte il y a plus d’un mois, le 11 février dernier, quand un F-16 de la base de Florennes connait des problèmes de moteur au décollage. Le pilote doit alors effectuer un atterrissage contrôlé de précaution.

En cause une brûlure de tuyère

Une enquête est ensuite diligentée par le directorat de la sécurité aérienne (ASD – Aviation Safety Directorate) de la Défense. Et la cause déterminée : « une brûlure de tuyère (nozzle burn through) ». La rupture de matériau provoque, « en raison de la température élevée, la fonte d’un certain nombre de pièces qui peuvent se détacher » explique la défense belge. Le moteur de l’avion concerné est alors démonté et envoyé à l’entreprise de maintenance Patria BEC.

Une série d’avions concernés

Au cours de l’enquête, les investigateurs remarquent un problème avec la goupille de charnière.  Une goupille qui « fait partie d’un collier mobile sur l’échappement qui est contrôlé selon le régime du moteur ». Après vérification approfondie de l’ensemble de la flotte, on découvre « qu’un nombre important de moteurs présentent des phénomènes similaires ». Le temps de réparation est estimé à 5 jours ouvrables par moteur. Et cela risque de durer. Car il y a « une pénurie des pièces de rechange sur le marché ».

Les industriels avertis

Tous les partenaires du club F-16 et les constructeurs ont été informés. Le constructeur de moteur Pratt &Whitney, l’avionneur Lockheed Martin et l’US Air Force ont indiqué, sur la base de ces informations, que « des mesures correctives devraient être prises immédiatement sur les moteurs concernés ». La question de savoir si d’autres pays rencontrent le même problème « fait actuellement l’objet d’une enquête ».

La surveillance du ciel assurée

Le système de « Quick reaction Alert » au-dessus de l’espace aérien belge et néerlandais reste « opérationnel » assure la défense belge. Les « mesures nécessaires » sont prises pour fournir aux F-16 en opération « les moteurs de remplacement nécessaires ».

(NGV)

NB : hasard du calendrier, la commission défense de la Chambre va débattre, ce mercredi (9 mars), des déboires du successeur attendu du F-16, le F-35. Plusieurs députés demandent d’examiner quel serait le coût d’un retrait du programme. Retrait plutôt hypothétique, et demandé surtout par les députés de l’opposition (Chrétiens-démocrates francophones du CDH, Verts, et gauche du PTB). En tout cas, cet incident freine un peu les velléités des partisans (s’il en restait encore) de la prolongation des F-16.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.