Une première formation à l’école des sous-officiers de Banankoro

(B2) Une équipe d’instructeurs d’EUTM Mali est partie à Banankoro former ses homologues maliens. Une première qui pourrait être renouvelée prochainement

Cours sous bonne garde des hommes (et des femmes) de l’unité de protection de forces (crédit EUTM Mali)

Pour la mission européenne de formation de l’armée malienne (FAMA), la formation des instructeurs directement sur le site de Banankoro, à l’école des sous-officiers (ESO), était en effet une première. Au menu, durant deux semaines dans le courant décembre, des phases d’instruction variées allant des méthodes d’enseignement à l’entraînement au tir de combat, en passant par les soins aux victimes de combat, la topographie ou la lutte contre les engins explosifs improvisés (IED).

Une formation au plus près des camps maliens

Avec un bilan, positif au final, estiment les Européens. « L’intérêt et l’engagement des stagiaires ont été évidents » tout au long de la formation. D’ores et déjà de nouvelles formations sont planifiées pour l’année prochaine (2021). Les sous-officiers sont « l’épine dorsale de l’armée en général et il est nécessaire de se concentrer sur ce sujet à l’avenir » précise-t-on à EUTM Mali. Et former les Maliens sur le terrain à Gao, Tombouctou, Sévaré et Banankoro dans cette partie centrale du Mali. « Cela signifie que nous nous adaptons davantage aux besoins et aux cycles opérationnels de l’armée malienne et que nous formerons les soldats plus près du lieu de déploiement » explique le général de brigade František Ridzák, chef de la mission EUTM dans un communiqué.

Une nécessité : la protection

Se déplacer dans le centre du Mali lui-même n’a « pas été facile du tout », souligne un des militaires européens. Entre « les conditions climatiques, la qualité des routes » et la conduite rocambolesque des conducteurs locaux, le déplacement à près de trois cents kilomètres de la base de Koulikoro était tout sauf évident. Une unité de protection (tchèque) avait aussi fait le déplacement, chargée notamment de protéger les instructeurs afin qu’ils puissent se concentrer sur la formation de leurs collègues maliens, et de pouvoir réagir en cas d’urgence.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).