La Turquie a-t-elle (déjà) perdu l’Europe ?

(B2) À force de querelles infantiles, d’attitudes guerrières, d’insultes envers les dirigeants ou les peuples européens, Ankara a fâché et usé les Européens. Bêtement…

Lors du dernier sommet par vidéoconférence entre le Turc R.T.Erdogan et les Européens Ch. Michel (Conseil européen) et A. Merkel (présidence allemande de l’UE). On est loin de l’ambiance réjouie des sommets des années 2000… (crédit : Conseil de l’UE)

Helsinki, l’enthousiasme turc

Qu’il parait loin le temps du Sommet d’Helsinki, en 1999, où, avec un certain enthousiasme, on avait décidé d’ouvrir la porte des négociations d’adhésion avec la Turquie (1). Ce sommet européen marquait un tournant dans les annales des relations avec la Turquie. Dans les conclusions, cela donnait : « Le Conseil européen se réjouit des éléments positifs qui ont récemment marqué l’évolution de la situation en Turquie [… ] ainsi que de l’intention de la Turquie de poursuivre ses réformes en vue de satisfaire aux critères de Copenhague. »

Les provocations turques ont fini par lasser

Exactement 21 ans après, on pourrait presque inverser toutes les phrases. L’Europe déplore le manque d’avancées de la Turquie, ses provocations, « ses activités unilatérales et provocatives », etc. Si il y a encore quelques mois, plusieurs pays avaient des doutes sur l’attitude à avoir avec la Turquie, sur la nécessité d’engager le dialogue, sur des gestes (déclarations politiques, retraits de navires…) perçus parfois comme autant de gages de bonne volonté d’Ankara… Aujourd’hui, « plus personne n’est dupe ». Un mot répété à plusieurs reprises, dans plusieurs chancelleries européennes. Il n’y a plus aucun chef qui croit sérieusement qu’un seul mouvement de navires ou un appel turc va changer la donne.

Une alliance magique brisée

Par son attitude, en quelques mois, en tapant tout azimut (Nord Syrie, Libye, Arménie, Méditerranée, …), le régime Erdogan a convaincu chacun qu’il y avait quelque chose de cassé dans cette alliance pourtant magique entre une Union solide au plan économique et un grand pays aux confluents de l’Europe et du Moyen-Orient. Les Européens ne veulent pas pour autant tout casser. Ce n’est pas l’alpha et l’oméga européen de taper à bras raccourcis. Ce soir on devrait prendre des sanctions, assez graduées, fidèles à l’esprit européen (et ce que voulait Berlin notamment) de toujours garder une porte ouverte (lire : Turquie. Les Européens ne veulent pas couper les ponts. Vers un dispositif de sanctions élargi ?).

Des sanctions graduées ne signifie pas une faiblesse

Il ne faut cependant pas minorer ce geste, ni non plus le sous-estimer. Un tel processus vis-à-vis d’un pays théoriquement toujours candidat à l’Union européenne équivaut à lui fermer la porte, à reconnaitre qu’il ne « satisfait plus aux critères de Copenhague ». Entre pays membres de l’Alliance atlantique, c’est un fait singulier et plutôt inégalé jusqu’ici. Et on sait aussi que si les sanctions peuvent être parfois lentes à venir, elles sont encore plus lentes à défaire. Une fois le mouvement pris, la machine est inéluctable.

Attention au chamallow qui dort

À l’image du bonbon chamallow, l’Europe parait faible, un peu molle, indécise. Mais il ne faut pas s’y tromper. Une fois que l’unité est acquise, il est très difficile de rompre la ligne. Ankara devrait donc se méfier. La Russie qui a tenté à plusieurs reprises de faire plier les décisions de sanctions qui la frappaient en a été pour ses frais. Malgré quelques tangages, l’Europe est restée debout. Et encore ce soir, les sanctions économiques qui frappent Moscou pour son attitude en Ukraine viennent d’être renouvelées. Idem du côté du Royaume-Uni dans l’affaire du Brexit. Depuis quatre ans, les dirigeants britanniques ont quasiment tout tenté pour faire plier le banc européen. Ils se sont, à chaque fois, cassés les dents. Et cependant ils avaient bien plus arguments que les Turcs.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Les plus anciens se souviendront qu’en plein sommet, la France avait mis à disposition un avion pour que les négociateurs européens (Javier Solana pour le Conseil et Günther Verheugen pour la Commission européenne et un représentant de la présidence finlandaise) aillent à Ankara expliquer la position européenne et convaincre le Premier ministre turc (Bülent Ecevit) de venir poser pour la photo finale avec les autres pays adhérents. La déclaration du Premier ministre d’alors est toujours sur le site du ministère turc des Affaires étrangères.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).