Trafic d’armes vers la Libye. De forts soupçons sur le porte-conteneurs turc Roseline A

(B2) La fouille du porte-conteneurs turc arraisonné par l’équipe de visite de la frégate allemande Hamburg il y a une semaine n’a pas eu lieu tout à fait au hasard. Les cris d’orfraie poussés par Ankara interpellent

Le navire turc Roseline A a été intercepté par la frégate allemande Hamburg dimanche dernier (22.11) (lire : Grabuge turco-germanique en Méditerranée orientale. Ankara s’oppose au contrôle d’un de ses navires).

Un navire repéré et suivi

Ce navire avait été repéré depuis plusieurs semaines à la fois par les moyens satellitaires, mais aussi aériens, de l’opération, selon nos informations. Si officiellement, « aucun matériel illicite n’a été trouvé à bord durant l’inspection », comme l’indique le communiqué de l’opération Irini publié lundi (23.11), cette présomption d’innocence semble très fragile. Car les militaires n’ont matériellement pas eu le temps de fouiller tout le navire, et notamment les quelque 150 conteneurs à bord.

Une fouille stoppée par la Turquie…

Un point confirmé par un porte-parole européen interrogé par B2 vendredi (27.11), lors du point de midi. Les militaires « n’ont pas pu fouiller tout le navire ». C’est un fait. Ils ont été « stoppés par la réponse de la Turquie ». L’absence de matériel trouvé ne vaut donc que « jusqu’au moment où ils ont arrêté l’inspection » indique Peter Stano, porte-parole du Haut représentant de l’UE. Elle ne signifie aucunement qu’il n’y a pas de matériel illicite à bord…

Des soupçons très forts

Le Roseline A adore la Libye. Il a fait la navette au moins huit fois cette année, non seulement vers Misrata, mais aussi vers Chums ou Tripoli, et avait été placé sur la liste ‘rouge’ des bateaux suspects. Selon le média allemand Der Spiegel, des analystes de la mission européenne Irini ont découvert sur des images satellites que, lors d’un précédent séjour à Misrata, le navire avait déchargé des véhicules militaires blindés. Et, en novembre, quand dans le port turc d’Ambarli, des images de surveillance révèlent que des marchandises suspectes sont ramenées à bord du Roseline A, le doute n’est plus permis. Décision est prise alors d’intercepter le navire quand il pénètre (après être passé au large de la Crête) dans la zone d’opération de Irini.

Commentaire : une volonté turque de créer un incident ?

Pourquoi les Turcs ont mis plus de quatre heures à finalement refuser l’inspection d’un navire civil portant leur pavillon ? On peut émettre trois hypothèses principalement.

Première explication : un cafouillage à Ankara, qui aboutit à ne pas savoir quoi répondre… Tout à fait plausible, cela arrive même dans les pays les mieux organisés.

Deuxième explication : la réalité de la fouille vs la réalité de la cargaison. Les Turcs se rendent compte que les Allemands sont réellement en train de fouiller le navire et pourraient découvrir des éléments compromettants.

Troisième explication : la volonté de créer un incident. Ankara laisse faire d’abord, puis intervient in extremis, obligeant les Européens à battre en retraite, et ensuite crie au scandale sur la violation du droit de la mer (1). Objectif : mettre Berlin et les Européens dans l’embarras, viser l’opération Irini qu’ils combattent depuis le début. Au passage, l’humiliation des militaires allemands, obligés de rester à bord la nuit venue, n’est pas pour déplaire aux autorités turques (2). Connaissant l’ingéniosité et la duplicité turque, cette hypothèse est tout aussi valable que les deux premiers.

(Nicolas Gros-Verheyde)


Un droit international violé de façon délibérée par la Turquie

Contrairement à tout ce qu’ils affirment, les Turcs n’ont pas le droit international pour eux.

Les résolutions 1970 et 1973 du Conseil de sécurité des Nations unies, votées en février et mars 2011, qui instaurent un embargo sur les armes, exigent de tous les États membres de l’ONU une pleine participation à l’instauration de cet embargo, notamment en prévenant toute exportation par des navires « battant leurs pavillon » (article 9) ou en inspectant les navires dans leurs ports et en haute mer (article 11), en saisissant et détruisant les biens illicites (article 12). Cela inclut de laisser contrôler ses navires civils, par une force agréée par les Nations unies et agissant sous son mandat. Ces résolutions sont prises sous le chapitre VII de la Charte des Nations Unies, justifiant le recours à la force.

Certes formellement, en vertu du droit de la mer et de l’état du pavillon, la Turquie avait tout à fait le droit de refuser une inspection d’un navire portant son pavillon. Mais, en vertu des résolutions du Conseil de sécurité de l’ONU, la Turquie n’avait aucune raison valable de ne pas autoriser l’inspection d’un navire civil, a priori inoffensif, sauf si, justement, sa cargaison n’était pas… aussi inoffensive que cela. Ce refus, abusif, constitue une infraction au droit international et aux résolutions de l’ONU.


  1. Droit de la mer revendiqué par Ankara dans ses droits, mais pas dans ses obligations puisque la Turquie n’a pas signé la Convention de Montego Bay.
  2. Les arrestations ‘opportunes’ de plusieurs journalistes occidentaux, surtout allemands, dans les dernières années, comme la menace (proférée à plusieurs reprises) de rouvrir le robinet de l’immigration vers l’Europe, montrent comment Ankara sait user de plusieurs moyens de pression.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).