L’opération Takuba prend du retard. 2021 plutôt que courant 2020

(B2) La mise en place de la force Takuba n’interviendra pas cette année, comme prévu, mais bien l’année prochaine

Les contributions européennes ont pris du retard. Seule en fait est aujourd’hui confirmée la participation d’un État : les Estoniens. Pour les autres, il faudra encore attendre. La ministre française des Armées l’a reconnu à contrecœur, même si elle se veut optimiste. « Dès le mois de juillet, le déploiement de la mission débutera avec des militaires estoniens et français pour monter progressivement en puissance jusqu’au début de l’année 2021, où nous attendons les soldats tchèques et suédois, et peut-être, peut-être [les soldats] italiens » a indiqué Florence Parly, devant le Sénat français le 18 juin.

« Leur mission sera de compléter la formation tactique des forces armées locales et de les accompagner au combat, dans le Liptako. Dans un premier temps, ils agiront à partir de Gao et de Ménaka. » Ces détachements, issus des forces spéciales, seront placés sous le commandement français de l’opération Barkhane.

(NGV)

Lire sur le même sujet :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).