L’avion de patrouille maritime allemand P3 Orion C entre dans la danse… loin de la zone d’opération

(B2) L’avion de patrouille maritime P3 Orion C de la marine allemande a effectué son premier vol de reconnaissance jeudi (4 juin) pour le compte de l’opération aéronavale de l’UE chargée du contrôle de l’embargo sur les armes au large de la Libye, EUNAVFOR Med Irini

Le P3 Orion C sur la base de Nordholz (crédit : Marine allemande)

Un avion basé tout au Nord, près du Danemark

Fait original, l’avion n’est pas basé au plus près de la zone d’opération comme d’ordinaire (Sigonella, en Sicile, par exemple), mais en Allemagne, tout au Nord non loin du Danemark. Un éloignement qui ne favorise pas vraiment une grande réactivité. L’avion est en effet parti de la base aéronavale de Nordholz, située sur la mer du Nord près du Danemark, et a fait ensuite un ravitaillement tout au sud du pays, à Neuburg an der Donau, en Bavière. Une procédure ordinaire, selon notre collègue d’Augengeradeaus. L’avion restera ainsi stationné à Nordholz, d’où il décollera pour des vols de reconnaissance au-dessus de la Méditerranée, avec la même procédure de ravitaillement.

Une procédure spécifique

Cette procédure, mise au point en pleine période du Coronavirus, présente plusieurs avantages pour le ministère allemand de la Défense. Il permet d’économiser des moyens : les militaires restent basés en Allemagne et non pas à l’étranger ; pas besoin d’équipe de soutien ni d’équipes de mécanos détachés et la possibilité de double usage pour effectuer des missions de patrouille au niveau national, en mer du Nord, par exemple. Pour l’opération, c’est en revanche un peu plus compliqué, les délais de route empêchent un manque de réactivité. On se situe davantage dans une surveillance de la zone programmée d’avance.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi sur le même sujet : La frégate grecque sur zone, annonce l’opération EUNAVFOR Med Irini

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.