Accueil des sans-abris, centre de triage Covid-19 : le Parlement européen prête ses moyens

(B2) À Bruxelles, le Parlement européen va abriter des sans-abris, à Strasbourg, un centre médical de tri. Au Luxembourg, rien n’est encore tranché. 

L’entrée du Parlement européen, à Strasbourg (crédit : B2/ES, février 2020)

On aurait pu croire à un autre poisson d’avril, juste après le notre sur le Berlaymont transformé en hôpital de campagne Rôle 3… D’autant que l’information a été diffusée plutôt discrètement, par voie de twitter le 1er avril et via une dépêche de l’agence Belga. Mais elle s’avère très sérieuse : le Parlement européen met à disposition ses bâtiments à Bruxelles, Strasbourg et Luxembourg, ainsi que sa flotte de moyens de transport pour participer à l’effort contre la pandémie du Corinavirus. La proposition a été étudiée tout aussi sérieusement par les autorités locales. A commencer par la France.

Un centre médical à Strasbourg

Dans la capitale alsacienne, le siège du Parlement européen va servir de centre de triage et de dépistage du Covid-19. Le virus a particulièrement touché cette région du Grand Est où siège le Parlement européen pour ses plénières. L’information, annoncée par la secrétaire d’État (française) aux affaires européennes, Amélie de Montchalin, lundi soir (6 avril), nous a été confirmée ce mardi (7 avril). La préfecture du Bas-Rhin, en relation avec l’Agence régionale de santé du Grand Est, est en charge de l’organisation.

Une cantine à Bruxelles

À Bruxelles, en plein centre du quartier européen, deux étages et la cantine (avec cuisine) de l’immeuble du Square de Meeûs vont héberger des personnes-sans-abris. « Les cuisines prépareront 1000 repas à distribuer aux personnes dans le besoin et aux travailleurs de la santé pour les aider dans leur travail » précise le président du Parlement européen, David Sassoli, dans un message vidéo mis en ligne mercredi après-midi (8 avril).

Qui pour conduire les voitures ?

Le Parlement européen a également offert de mettre à disposition une centaine de voitures de services et de camion pour le transport de nourriture ou de médicaments. A Strasbourg, ces véhicules pourraient être utilisés pour amener à domicile le personnel des hôpitaux, dans la nuit. Mais il faut résoudre leur acheminement depuis Bruxelles…

(ES)

Emmanuelle Stroesser

Journaliste pour des magazines et la presse, Emmanuelle s’est spécialisée dans les questions humanitaires, de développement, d’asile et de migrations et de droits de l’Homme.