Un tanker grec attaqué au large du Bénin. Les pirates font un tour et s’en vont

(B2) Le Minerva Vigo (ou Minerva Virgo), un tanker battant pavillon grec, a été attaqué par des pirates dans le Golfe de Guinée, à 45 milles nautiques (83 km) au large du Bénin jeudi (5 mars)

Le tanker Minerva Virgo (crédit : Minerva Marine)

Un groupe de six à huit pirates

Un groupe de six à huit personnes armées prend d’assaut le navire, jaugeant plus de 51.000 tonnes, de la compagnie Minerva Marine qui venait des Pays-Bas en direction de Lagos (Nigéria). Les 21 membres d’équipage (dont six Grecs) ont juste le temps de se réfugier dans la citadelle du navire. Et le centre de surveillance maritime de Brest (MICA Center (1)) alerté.

Un avion français et un navire de patrouille béninoise

Deux moyens se mettent en mouvement aussitôt, selon des sources militaires. Un avion de surveillance maritime Falcon 50 de la marine nationale française décolle de la base aérienne française d’Abidjan en Côte d’Ivoire. Objectif : aider à la localisation du navire attaqué et assister les forces en mer. Dans le même temps, le centre opérationnel de la marine de Cotonou au Bénin fait rapidement appareiller le patrouilleur Oueme, avec une équipe de fusiliers-marins à son bord.

NB : face à la recrudescence des attaques dans les ports ou au large des côtes l’année dernière, le Bénin a décidé de mettre à bord de ses navires des fusiliers-marins (2).

Plus de pirates sur zone

Mais, au moment de l’arrivée des moyens aérien et maritime sur zone, plus aucun pirate n’est présent sur l’eau ni sur le navire. L’équipe de visite béninoise monte à bord, constate qu’il n’y a plus personne. L’équipage réfugié en citadelle est autorisé à en sortir.

(NGV)

  1. Le Maritime Information, Cooperation and Awareness, hébergé à la préfecture maritime de Brest.
  2. Une conséquence de la prise de conscience des Africains de la défense de leurs côtes comme l’indiquait le VAE Jean-Louis Lozier, dans notre récente interview. Lire : Sur mer, la coopération européenne fonctionne. Je le constate tous les jours (Amiral Lozier)

Lire aussi :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.