L’exercice Cold Response annulé. Defender Europe réduit. La crainte du Coronavirus frappe (v2)

(B2) La menace de coronavirus continue de frapper dans les différentes fores armées européennes. Les autorités norvégiennes ont annoncé, mercredi (11 mars), mettre fin à l’exercice Cold Response 20 qui devait mobiliser sur leur sol 15.000 soldats venus de dix pays (1) jusqu’au 19 mars. Ce, « après un examen approfondi et des discussions avec les participants alliés et partenaires ».

(crédit : MOD Norvège)

La découverte de cas suspects — au moins un militaire norvégien a été testé positif le 5 mars — et le placement en quarantaine d’environ 850 militaires de la caserne de Skjold, dans le nord du pays, avait commencé à jeter un doute sur la tenue de cet exercice. La décision de certains pays comme la Finlande de ne pas envoyer leur troupes sur place (annoncée le 8 mars dans un communiqué), comme la décision américaine de consigner ses forces à la maison, ont sonné le glas de l’exercice.

L’exercice Defender Europe mis en veilleuse

Même cause, même effet. L’exercice Defender Europe 20, qui a déjà commencé, a été mis en veilleuse. Le commandement US en Europe a annoncé sa décision de « réduire le nombre de participants américains ». « Nous prenons au sérieux l’épidémie de coronavirus et sommes convaincus qu’en prenant cette importante décision, nous continuerons à faire notre part pour empêcher la propagation du virus », indique le chef des forces US en Europe (EUCOM) dans un communiqué.

Cet exercice devait être cependant un des plus importants jamais engagés par les Alliés. Plus de 35.000 soldats devaient normalement y participer. Il devait comprendre plusieurs phases majeures destinés à démontrer au voisin russe à la fois la pertinence du dispositif allié et sa volonté de défendre les frontières de l’Alliance comme de ses voisins. Une partie de l’exercice devait ainsi se dérouler non loin de l’enclave de Kaliningrad. Et d’autres en Géorgie.

Interdiction de déplacement des militaires américains

Dans la foulée de l’annonce de Donald Trump, le Pentagone a annoncé mercredi (11 mars) des mesures drastiques de limitation des déplacements des militaires américains que ce soit à l’étranger ou sur le territoire même américain. Les membres du personnel venant d’un des pays considérés à risque par les États-unis (2) sont priés de rester confinés chez eux.

(Nicolas Gros-Verheyde, avec RM)

  1. Norvège, Suède, Danemark, Finlande, Royaume-Uni, Allemagne, Belgique, Pays-Bas, France et USA.
  2. Tous les pays de l’espace Schengen : Allemagne, Autriche, Belgique, Danemark, Espagne, Estonie, Finlande, France, Grèce, Hongrie, Islande, Italie, Lettonie, Liechtenstein, Lituanie, Luxembourg, Malte, Monaco, Norvège, Pays-Bas, Pologne, Portugal, République tchèque, Saint-Marin, Slovaquie, Slovénie, Suède, Suisse et Vatican) + les pays les plus atteints (Chine, Corée du Sud, Iran). Lire notre carnet de veille du 13 mars 2020.

Mis à jour le 13 mars au matin, avec le dernier § (information US)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).