Le Coronavirus frappe au cœur de la défense européenne (v2)

(B2) Un fonctionnaire de l’agence européenne de défense a été détecté positif au Coronavirus. Certains collègues ont été mis en quarantaine. Des mesures de précaution déclenchées

Consignes d’espace minimal de un mètre peu respectées au conseil informel des ministres de la Défense (source : EBS – sélection B2)

Un membre de l’Agence de défense détecté positif

Ce membre du personnel s’était récemment rendu en Italie (Milan et Cortina) et est rentré à Bruxelles le 23 février, précise-t-on à l’agence européenne de défense. « Les premiers symptômes sont apparus samedi soir (29 février). Des symptômes très légers. Il a été testé positif » confirme un communiqué publié ce mercredi (4 mars). « Il n’est pas retourné à l’Agence depuis et se trouve actuellement chez lui en isolement depuis l’apparition ».

Mesures de précaution à l’Agence

Des mesures de protection ont été prises. 1° Les personnes en contact avec le personnel atteint ont été priés « de s’isoler durant 14 jours par précaution ». 2° Toutes les réunions devant se tenir dans les locaux de l’EDA ont été annulées jusqu’au 13 mars 2020 inclus, ainsi que celles organisées par l’Agence en dehors de ses locaux. 3. Aucun membre du personnel n’assistera à des réunions externes avant cette date. 4° Le bureau et les installations de réunion du membre du personnel concerné ont été passés à la désinfection.

Des consignes claires passées

Entretemps, on a appris qu’un fonctionnaire du Conseil de l’UE a également été détecté positif. Il avait été en contact avec l’agent de l’EDA (1). Des consignes ont été passées à tous les agents et fonctionnaires européens : aucun contact physique, pas même une simple poignée de main, distance minimum d’un mètre avec tous les interlocuteurs, éviter toute réunion inutile. On touche au plus profond du système européen, paradis de la réunionite.

Le Covid19 va-t-il se répandre comme une trainée de poudre

Si les consignes semblent à peu respectées au niveau de la fonction publique, il n’en est pas de même apparemment des ministres de la Défense réunis à partir de mercredi soir à Zagreb. La proximité était de règle — il est vrai que c’est un peu le principe de ces réunions informelles — entre ministres de l’UE, hauts fonctionnaires et alliés de l’OTAN, le secrétaire général Jens Stoltenberg.

Un coup de Trafalgar pour la défense européenne

Commentaire : D’ici peu, on pourrait donc avoir la plupart des ministères de la défense obligés de se confiner. Après la raréfaction des exercices, on assisterait ainsi à une victoire par KO de l’establishment de défense européen, qu’aucun adversaire n’a jamais rêvé. Un petit Covid19. Et hop ! la présence avancée à l’Est, les défenses européennes réduites à zéro 😉

(mis à jour 5 mars) Plusieurs autres personnes suspectées à l’agence

Deux autres membres du personnel ont été testés pour le COVID-19, car suspects. Le résultat du test n’était pas encore connu jeudi dans la journée, selon nos informations. Ils se sont isolés chez eux. Et « il n’y a pas d’évolution défavorable de leur état de santé » nous a indiqué un responsable européenne. L’agence a d’ailleurs été fermée temporairement pour limiter la propagation de la maladie. Aucun membre du personnel n’est ainsi retourné à l’Agence depuis le 2 mars. Selon nos informations, un ou plusieurs cas suspects auraient été constatés aussi à l’état-major de l’Union européenne. Et le grand quartier général de l’OTAN en Europe (le SHAPE) a aussi annoncé la détection d’un cas chez un membre du personnel (et deux membres de sa famille), comme le rapport la presse belge.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. L’agence européenne de défense a démenti que l’agent concerné ait assisté à une réunion avec 30 fonctionnaires d’autres institutions de l’UE.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).