La France suspend, à son tour, ses opérations en Iraq

(B2) Une semaine après les Britanniques, l’état-major français a annoncé mercredi (25 mars) suspendre ses opérations de formation en Iraq

Formation en Iraq des militaires français de Chammal (crédit : EMA / DICOD 2018 – archives B2)

Une demande du gouvernement irakien

Une décision prise dans la foulée de la décision de la coalition « d’ajuster son dispositif en Irak » et qui répond à une « demande du gouvernement irakien » et à la crise du coronavirus. Les activités de formation des forces de sécurité irakiennes étant suspendues, les Britanniques avaient déjà plié bagages la semaine dernière (lire : Les missions de formation en Iraq font pause ! Les Britanniques, Espagnols… rentrent à la maison).

Plus d’une centaine de militaires rentrent

Le personnel de l’opération Chammal déployé en Irak dans ce cadre va ainsi être rapatrié. Une centaine de soldats engagée dans le pilier ‘formation’, ainsi que les éléments de soutien national stationnés au sein de l’état-major de l’opération Inherent Resolve (OIR) à Bagdad, auprès de l’armée irakienne, rentrent en France à compter du 26 mars.

Toujours engagée par d’autres moyens

La France reste « toutefois engagée au Levant, car la lutte contre Daech continue » précise l’état-major. La présence des militaires insérés dans les structures d’Inherent Resolve au Koweït et au Qatar ainsi que les déploiements maritimes dans le canal de Syrie restent d’actualité. Mais surtout, les militaires français continuent de participer à la composante aérienne qui effectue des vols quotidiens depuis la base aérienne projetée de Jordanie et la base aérienne de la coalition au Qatar. Les activités de formation reprendront « dès que la situation le permettra ».

Commentaire : ce retrait ne semble pas justifié uniquement par l’épidémie actuelle

Ce sont tout autant les conditions sécuritaires et la tentation croissante au sein du gouvernement irakien de ne plus avoir des troupes occidentales à demeure dans le pays qui ont précipité ce départ. Ces motifs sont d’ailleurs clairement exposés par d’autres pays.

Prague avait pris la même décision hier (mardi 24 mars) le justifiant par quatre raisons : la réduction des opérations, les menaces sécuritaires, l’épidémie de coronavirus et le projet de restructuration de la mission. 30 soldats sont ainsi rentrés, selon CTK et Radio Prague, la plupart étaient chargés de l’entraînement des pilotes irakiens des avions d’attaque au sol L-159 de fabrication tchèque. D’autres s’occupaient des armes chimiques ou étaient des policiers militaires.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).