Le Danemark se lance dans le détroit d’Ormuz aux côtés des Français

(B2) C’est désormais confirmé. Le Danemark va participer à la mission européenne dans le détroit d’Ormuz (EMASOH), aux côtés des Néerlandais (1) et des Français

Une frégate danoise avec un hélicoptère participeront à l’opération dans le détroit d’Ormuz fin 2020 (crédit : Marine danoise – hélico Lynx sur l’Absalon, en 2016)

Des officiers d’état major pour commencer, une frégate ensuite

Copenhague fournira tout d’abord, dès le début de l’opération (début 2020), un ou deux officiers d’état-major au QG de l’opération, dans l’état-major français à Abu Dhabi (Émirats arabes unis), pour une durée de douze mois au minimum. Elle mettra ensuite, à partir de l’automne 2020, à disposition une frégate avec 150 personnels et un hélicoptère, pour une durée de quatre mois. La décision a été annoncée par le gouvernement, ce jeudi (12 décembre), après consultation du comité de politique étrangère sur les contributions militaires. Une proposition de loi sera présentée au Parlement avant l’engagement.

Un pays maritime

 « Il est important que le Danemark, en tant que nation maritime importante dotée d’une marine solide, prenne nos responsabilités » a justifié la ministre de la Défense Trine Bramsen. « Le Danemark est le cinquième plus grand pays maritime du monde. Nous avons donc un intérêt particulier et une responsabilité particulière à assurer la sécurité maritime et la liberté de navigation – également dans le détroit d’Ormuz » a renchéri son homologue des Affaires étrangères, Jeppe Kofod. Cette contribution doit d’ailleurs être replacée aux « côtés des autres efforts dans la région, notamment l’effort de sécurité maritime dirigé par les États-Unis, l’IMSC » a-t-il ajouté. Efforts à « complét[er] par des initiatives diplomatiques visant à renforcer le dialogue sur la sécurité maritime dans la région ».

Un milieu plutôt connu

Pour la marine danoise, ces eaux du Golfe ne sont pas un milieu inconnu. On se souvient qu’un navire danois avait régulièrement été présent dans le Golfe d’Aden et au large de la Somalie, pour lutter contre la piraterie maritime, avec notamment la frégate Absalon ou la frégate Esbern Snare. C’était même une des premières marines à être présente dans la zone, avec les Français et Espagnols. (lire par exemple : Les Danois arrêtent 10 suspects pirates au large de la Somalie). Et ses navires continuent d’être présents notamment dans le cadre des missions CTF sur initiative américaine.

(Nicolas Gros-Verheyde)

  1. Les Pays-Bas confirment leur participation à l’opération européenne dans le détroit d’Ormuz (v2)

Pour les détails de l’opération ‘Ormuz’, lire : La future opération maritime européenne dans le détroit d’Ormuz. Cadre, format, tempo, base juridique… Détails

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.