Les Tchèques vont prendre le commandement de la mission EUTM Mali (v2)

(B2) Présents dans EUTM Mali depuis le début, les Tchèques vont passer à la vitesse supérieure. Ils prendront le commandement de la mission de l’UE de formation de l’armée malienne l’année prochaine

Le contingent tchèque à EUTM Mali en octobre lors de la cérémonie de remise des médailles (crédit : Armée tchèque)

Le général Aleš Opata, chef de l’état-major de l’armée, l’a confirmé, ce mercredi (20 novembre) lors de la réunion annuelle du commandement tchèque. « Une des priorités de l’armée tchèque reste les missions à l’étranger. »

En relais des Portugais

Les Tchèques devraient prendre le commandement de la mission déployée au Mali en juin 2020 (selon nos informations). Ils viendront relayer les Portugais qui vont prendre en décembre le relais des Autrichiens actuellement au commandement. C’est le général de brigade Frantisek Ridzak, actuel directeur des systèmes d’information et de communication de l’armée, qui sera le chef de la mission EUTM Mali. Ce durant six mois. C’est la première fois qu’une mission/opération militaire sur le sol africain est commandé par un officier venu d’un pays d’Europe centrale. Ce qui témoigne d’un engagement notable de Prague sur ce terrain.

Un certain consensus politique

Cet effort est soutenu à la fois par le chef du gouvernement et le chef d’État. Ce qui, dans le contexte de la politique locale, n’est pas un petit succès. « Le terrorisme international reste une menace mondiale » a ainsi déclaré hier aux officiers le président Miloš Zeman, marquant au passage son « refus de la possibilité de retirer les troupes de l’Alliance d’Afghanistan ». Je suis « très heureux que notre armée soit active dans les missions étrangères » a salué le Premier ministre Andrej Babiš.

Une présence continue tchèque

Pour les Tchèques, le terrain malien n’est pas nouveau. Ils ont été présents de façon continue, depuis février 2013, c’est-à-dire le début de la mission, assurant une fonction essentielle : la protection des bases (Bamako et Koulikoro), les escortes armées des personnes, ainsi que la force de réaction rapide, tout comme la formation de membres des forces armées maliennes notamment dans les missions de protection VIP.

Un contingent de 120 militaires

Cette présence n’est pas symbolique. 120 militaires tchèques sont actuellement présents dans la mission. Pour la plupart, selon la dernière relève, ils appartiennent au 72ème bataillon mécanisé de Přáslavice. Une unité habituée aux missions délicates : un détachement revient de Bagram en Afghanistan où il était chargé de sécuriser la base de l’OTAN avec les Géorgiens, Américains et Afghans.

Acquérir une expérience africaine

Pour près de la moitié d’entre eux, c’est cependant un premier déploiement à l’étranger. Ils « viennent acquérir en Afrique une expérience précieuse » explique le capitaine Marek Maxim Švancara, officier média de l’armée tchèque. Contrairement aux missions en Afghanistan, et encore plus en Europe, ils vont devoir « faire face à un éventail plus large de tâches, des températures et une humidité plus élevée », sans compter la « possibilité de maladies tropicales, les exigences accrues au niveau linguistique, comme des conditions de vie plus rustiques ». Une épreuve africaine utile.

Le défi n’est pas mince

Les Tchèques devront à la fois assurer la continuité des missions, mais aussi son évolution, selon ce que décideront les ministres de la Défense de l’UE, à l’issue de la revue stratégique qui vient de démarrer (lire : Sahel. Une inquiétude européenne de plus en plus accrue. Faut-il changer le logiciel d’EUTM Mali). L’enjeu est de ‘durcir’ les formations et d’assurer aussi un peu de mentoring, en se déplaçant au besoin en dehors de Bamako (le QG de la mission) et Koulikoro (le centre de formation). Ce durcissement pourrait venir en complément de l’opération de forces spéciales (lire : Plusieurs pays européens s’engagent ou songent à s’engager au Mali (opération Takuba).

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi : Un ‘surge’ pour les missions PSDC au Sahel et en Somalie. EUTM Mali et EUNAVFOR Atalanta réorientées ?

Mis à jour avec une correction sur le commandement autrichien

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.