La Bundeswehr davantage engagée au Mali ? Pas tout de suite. AKK se défausse

(B2) Pour la ministre allemande à la Défense, Annegret Kramp-Karrenbauer, une éventuelle prolongation de la mission de la Bundeswehr au Mali fera l’objet d’un débat uniquement dans le cadre de la prolongation des mandats au printemps de l’année prochaine. Cela signifie que la participation à l’opération Takuba en France, l’entraînement et l’escorte des forces spéciales maliennes, pourraient ne pas être à l’ordre du jour pour le moment.

Le camp Castor à Gao qui abrite les soldats allemands de la MINUSMA (crédit : Bundeswehr 2017)

Une participation à Takuba pas avant avril prochain ?

Lors d’une visite à la 1ère brigade parachutiste (LLBrig 1) à Saarlouis lundi (25 novembre), le ministre a répondu aux questions des journalistes. Comme d’habitude, elle a souligné combien la lutte contre le terrorisme dans la zone du Sahel ne devrait pas être laissée aux seules troupes françaises. Pour autant, elle a refusé de s’engager plus avant. Une discussion à ce sujet n’aurait, selon elle, de sens que dans le cadre de l’extension des mandats de la mission des Nations Unies MINUSMA et de la mission de formation de l’UE au Mali (EUTM Mali). Le Bundestag ayant prolongé les deux mandats pour la dernière fois en mai de cette année. Il est donc peu probable qu’il soit réexaminé avant la décision du gouvernement en avril 2020, selon notre confrère Thomas Wiegold.

Pas de demande détaillée de la France

Peu avant, lors de sa visite dans la région en octobre, la ministre avait déjà clairement indiqué que l’Allemagne et la Bundeswehr étaient censées s’engager davantage dans la zone du Sahel. Mais sans vraiment de suite concrète. Mais, selon elle, la France n’a que d’une manière assez générale exprimé le souhait de donner une assise plus large à la lutte contre le terrorisme dans la région. Berlin n’aurait ainsi pas reçu de demande spécifique de la part de la France pour davantage de participation allemande. Une manière plutôt assez lâche de se défausser en douceur…

(NGV, avec T. Wiegold, à Berlin – Augengeradeaus)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.