Une école militaire devenue établissement public d’enseignement

(B2) C’est une révolution silencieuse qui est en passe de se produire sur les 450 hectares de la base aérienne n°701 qui abrite l’école de l’Air à Salon de Provence. Cette dernière vient de clore son année universitaire, avec la traditionnelle cérémonie de remise du ‘poignard’ aux élèves officiers de l’Air

La patrouille de France au-dessus de l’école pour la remise des poignards le 5 juillet (crédit : Patrouille de France / DICOD)

L’école est en effet devenue depuis janvier un établissement public à caractère scientifique, culturel et professionnel (EPCS). Un décret publié en décembre 2018 en atteste. L’école reste sous l’autorité du ministère de la Défense, mais elle acquiert une autonomie juridique, là où elle n’était auparavant qu’une unité militaire dépendant de la direction des ressources humaines. Cette autonomie va lui permettre de gérer son budget de façon plus autonome — il faudra notamment payer les quelque 270 personnes (enseignants permanents ou contractuels, assistants…) qui forment l’ossature de l’école. Ce sera chose faite dès l’année prochaine.

Ce nouveau statut va lui permettre aussi de tisser des liens plus forts avec d’autres établissements d’enseignement en France, de s’ouvrir davantage à des publics extérieurs, de développer de nouveaux modules, de nouveaux diplômes en formation initiale ou continue, etc. Il y a déjà une coopération développée avec Science Po Aix pour des masters conjoints (en sciences politiques). Mais ses promoteurs entendent bien développer cet axe avec d’autres établissements en Europe.

NB : L’école de l’air n’est pas la seule école militaire à avoir changé de statut. L’école navale, par exemple, a franchi ce cap en 2017. Mais Saint Cyr résiste encore…

(NGV)

(1) J’y étais la semaine dernière pour donner un cours sur l’Europe de la défense, l’armée européenne

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).