Attaque contre un campement de Barkhane dans la région d’Akabar (V2)

(B2) Les forces armées françaises de l’opération Barkhane ont été prises à partie, dimanche (10 mars), dans la région d’Akabar, au sud est du Mali, où elles avaient établi un campement temporaire.

Une attaque complexe

L’attaque s’est faite en deux temps. Dans l’après-midi, un véhicule suicide a d’abord tenté de forcer le dispositif du détachement. « Les militaires ont ouvert le feu et stoppé le véhicule qui à détonné à une trentaine de mètres de sa cible » indique l’état-major des armées.

Dans la continuité de cette attaque-suicide, une quinzaine de combattants à motos est survenue, ouvrant le feu contre le détachement. Une patrouille de Mirage 2000 est intervenu pour un ‘show of presence’. « La rapidité et la vigueur de la réaction du détachement français » comme l’effet de patrouille aérienne « ont contraint les assaillants à prendre la fuite ».

Quatre militaires blessés

Au bilan (réactualisé le 14 mars) : quatre militaires français blessés. Deux d’entre eux l’ont été sérieusement, nécessitant une évacuation vers la métropole le jour même, après une prise en charge sur place par les services médicaux de la force Barkhane. Les deux autres ont des blessures plus légères et ont été rapatriés dans la semaine. Leurs jours ne sont pas en danger.

Évacuation par des hélicos canadiens

Ce sont les hélicoptères canadiens affectés à la mission des Nations unies qui ont effectué l’évacuation médicale. Un hélicoptère CH-147F Chinook et deux hélicoptères CH-146 Griffon, indique notre confrère 45e Nord Canada. La Force opérationnelle canadienne au Mali a répondu à la demande de la France après autorisation du commandant de la MINUSMA.

NB : Ce n’est pas la première fois que ce type d’assistance est fournie. Des accords lient l’opération Barkhane et la Minusma permettant des interventions réciproques au profit de soldats de l’une ou de l’autre force. Ainsi le 18 avril 2018, lorsque la MINUSMA est victime à Tombouctou d’une attaque terroriste complexe, des Mirage sont également intervenus pour un show of force.

 

(NGV)

Mis à jour le 26.3 sur l’évacuation par des Chinook canadiens