(B2) Une cellule d’information criminelle a été activée avec la présence de cinq personnels des agences européennes (Europol, Frontex), et EUNAVFOR Med à bord du San Giusto, le navire amiral de l’opération Sophia, amarré à Augusta, le 5 juillet.

Cette cellule va permettre d’assurer l’échange d’information sur les activités criminelles en Méditerranée centrale, entre les différentes agences. Objectif : faciliter la collecte et la transmission des informations sur le trafic d’être humains, l’embargo sur les armes en Libye, le trafic illégal de pétrole.

La création de cette cellule avait été décidée par les ministres de l’UE le 14 mai. Elle ouvre un nouveau chapitre en termes de coopération opérationnelle entre les opérations menées au niveau extérieur (type EUNAVFOR Med) et les structures de sécurité intérieure. C’est une première application de ce qu’on appelle, en jargon bruxellois, la coopération RELEX-JAI.

(NGV avec Aurélie Pugnet, st.)

Lire aussi :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).