De la Libye au Niger, jusque l’Europe. Où en est le mécanisme de transit d’évacuation d’urgence ?

(B2) Piloté par le Haut commissariat aux réfugiés (HCR), financé par l’Union européenne, le mécanisme de transit d’évacuation d’urgence a repris ses évacuations de demandeurs d’asile et réfugiés vulnérables hors des prisons libyennes. La réinstallation reste cependant compliquée

Le Niger avait stoppé sa collaboration pendant quasiment deux mois, entre mars et mai. B2 fait le point avec le bureau du HCR de Niamey, au Niger.

Femmes évacuées de Tripoli vers le Niger, mai 2018 © UNHCR/Tarik Argaz

Quand ce programme a-t-il commencé ?

Le programme a débuté en novembre 2017, date à laquelle le premier vol de migrants évacués de Libye atterrit au Niger. Il transporte alors 25 personnes. Mercredi (20 juin), le treizième vol atterrissait, avec 122 réfugiés. A son bord, le Haut commissaire aux réfugiés (UNHCR), Filippo Grandi, pour marquer la journée internationale des réfugiés (1).

Qui et combien de personnes ont été évacuées depuis ?

1287 personnes ont suivi le même parcours — de la Libye au Niger —, indique le bureau du HCR à Niamey. Un petit nombre de migrants ont été évacués en Italie (312 personnes) et dans un centre de transit en Roumanie (10 personnes). Au total, le nombre de demandeurs d’asile ou réfugiés évacués de Libye atteint 1609. Tous ont été repérés par le HCR dans les centres de détention libyens. Le HCR a choisi les plus vulnérables parmi les personnes ayant besoin d’une protection internationale.

Où sont-elles réinstallées ?

La très grande majorité des ‘évacués’ passe par le Niger, où l’attente d’un pays tiers où être réinstallé se prolonge, faute de transfert possible. Sur les 1287 personnes évacuées au Niger, seules 174 ont été réinstallées (bilan à la mi juin 2018) dans un autre pays.

Combien de demandeurs d’asile ont pris la direction de l’Europe ?

Très peu ! A peine 170 (en comptant les réfugiés libyens réinstallés depuis le mois de septembre, sans forcément passer par le Niger). Onze pays, dont huit de l’UE (France, Suède, Finlande, Allemagne, Italie, Pays-Bas, Malte et Royaume-Uni + Norvège, Suisse, Canada), ont pris l’engagement d’accueillir des réfugiés évacués de Libye via le Niger. Pour un total de 3781 places. Seuls cinq pays (France, Finlande, Suisse, Pays-Bas et Suède) en ont effectivement déjà réinstallés.

Quelles sont les limites du dispositif ?

Le HCR bénéficie d’un droit d’accès aux centres de détention officiels en Libye, gérés par le gouvernement. Il n’a pas accès aux autres centres, qui sont sous la mainmise de certaines milices, voire des trafiquants. D’après les témoignages des migrants, beaucoup de ceux évacués sont passés par ces centres illégaux, pendant de longues périodes, avant même de rejoindre les autres centres.

Le Niger obligé de taper du poing sur la table !

Le HCR recherche d’autres pays pour accueillir des réfugiés sur une base temporaire. Car les capacités du Niger sont vite saturées. En mars, faute de voir les migrants repartir, le pays a décidé de suspendre leur accueil. Le gouvernement n’a autorisé la reprise des vols d’évacuation qu’au début du mois de mai. Depuis, de nouveaux vols sont arrivés à Niamey depuis la Libye. Mais la capacité d’accueillir de nouveaux réfugiés dépend de la libération de nouvelles places. Aujourd’hui, le centre de transit du Niger ne peut accueillir que 68 réfugiés supplémentaires.

(Emmanuelle Stroesser)

Lire : La réinstallation des migrants venant des camps en Libye bloquée… faute de places d’accueil (HCR)

En savoir plus. Télécharger : le point du HCR sur les réinstallations (au 11 juin 2018) et le communiqué du HCR le 20 juin sur le premier vol


Le Niger, premier bénéficiaire du fonds fiduciaire

L’eurodéputée travailliste Linda McAvan, présidente de la commission Développement (DEVE) du Parlement européen, le rappelait ce mardi (19 juin), lors d’une audition sur les impacts des financements extérieurs de l’UE sur les migrations. Le Niger, « était, fin 2017, le plus grand bénéficiaire des contributions du Fonds fiduciaire UE-Afrique (projets nationaux) ».

Télécharger le rapport 2017 du fonds fiduciaire pour l’Afrique (Commission européenne).