Les Mirages français à la rescousse de la MINUSCA. Un exercice pouvant devenir réalité

Les JTAC portugais de la MINUSCA

(B2) Français et Portugais ont effectué une manœuvre conjointe aérienne au-dessus de la Centrafrique il y a quelques jours. Un exercice plus qu’utile alors que la force des Nations unies (la MINUSCA) est confrontée à des violences

L’exercice s’est déroulé le 22 mars mais l’information n’a été rendue publique que récemment, vendredi (6 avril). Elle est intéressante à plus d’un titre non seulement en termes d’interopérabilité des armées mais aussi de champ d’opération.

Un rendez-vous donné au-dessus de la Centrafrique

Partis de leur base de N’Djamena (Tchad), où ils sont basés dans le cadre de l’opération Barkhane, deux avions Mirage 2000 ont rejoint le territoire de la Centrafrique, dans la région de Vange (au nord de Bangui). Là les attendait, au sol, une équipe JTAC (Joint Terminal Attack Controller) portugaise de la force de réaction rapide de la MINUSCA. Les avions étaient appuyés pour l’occasion par un avion ravitailleur C-135, chargé de les biberonner en essence afin de pouvoir effectuer la manœuvre et le trajet retour (1000 km à vol d’oiseau).

Un show of presence

Les avions sont passés à deux reprises pour un « show of presence » à la verticale d’un convoi des casques bleus de la force des Nations unies (MINUSCA). Ce type d’action est assez spectaculaire, puisque les avions déboulent à une grande vitesse, à une très basse altitude. Un élément « extrêmement dissuasif, [qui] permet de participer à la sécurité des troupes au sol », précise-t-on à l’état-major des armées. Durant près de deux heures, les JTAC portugais ont ainsi pu s’entraîner à se coordonner avec les aéronefs français. Un exercice précieux quand on sait qu’entre avions au sol, il y a non seulement une différence de nationalité mais aussi de chaînes de commandement. L’appartenance à l’OTAN des deux pays a facilité la chose. « Les militaires des deux pays utilisent les mêmes procédures. Ce qui facilite de fait ce type de coopération. »

Une capacité d’intervention au profit de la MINUSCA

Pour les casques bleus de la MINUSCA qui ont été attaqués à plusieurs reprises récemment (1), cet appui aérien n’est pas négligeable. Les avions français pourront être appelés à la rescousse. Un propos que l’on confirme à mi-mots à Paris. La France « conserve, grâce à son dispositif pré-positionné en Afrique, la capacité d’intervenir ponctuellement en appui de la MINUSCA ».

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Le camp ‘Fidel’ où logent les casques bleus égyptiens et jordaniens à Bangui a été attaqué, dans la nuit de dimanche 8 au 9 avril. Une attaque coordonnée des deux côtés, qui a laissé pensé aux témoins, un moment donné, à un coup d’état, comme le rapporte RFI. Le camp se situant, juste à quelques centaines de mètres de la résidence du chef de l’État. Une base temporaire de la MINUSCA avait été « violemment attaquée par des anti-Balaka » à Tagbara début avril, avec un bilan plus dramatique (Lire : Une base de la MINUSCA attaquée par des ex-Seleka. Des otages libérés (V2))