La carte du tendre russe

La carte du tendre russe

Share

(B2) Quels sont les pays qui sont un peu ou très tendres ou assez ou très durs avec la Russie au sein de l’Union européenne ?

Lorsqu’on discute politique de sanctions, réplique à des décisions russes, les positions des pays européens divergent, en effet, de manière bien réelle, même si cela reste discret. Les conversations sont longues pour aboutir à un accord. Le langage est pesé au millimètre pour obtenir l’accord de chacun. Le dernier Conseil européen l’a montré : près de trois heures de discussions.

Plutôt qu’une longue explication, voici en résumé et en couleurs sur une carte, les positions des États membres de l’UE et ceux du proche voisinage (Balkans, Turquie). Une carte oblige à choisir : on ne peut pas nuancer, à loisirs. J’ai choisi de mettre la position telle que ressentie au fil des discussions des dernières années sur la politique de sanctions, une position structurelle sur une durée moyenne, hormis certaines positions très conjoncturelles, liées à tel ou tel ministre.

Sont ajoutées également les mesures prises lundi pour expulser des diplomates russes en réaction à l’attaque chimique de Salisbury où la main de Moscou est présumée comme étant l’auteur (lire : Quinze pays européens décident d’expulser des diplomates russes de manière coordonnée). On constate que les positions récentes sont en adéquation avec la position plus structurelle à une exception près : la Hongrie. Est-ce le signe d’une évolution nationale du dirigeant Viktor Orban ou plutôt d’une position opportuniste, sur fond de rivalité nationale avec le Jobbik d’extrême droite et de future négociation européenne, où on a besoin d’alliés. Je pencherai pour cette dernière interprétation.

NB : il faut rajouter l’Espagne à la liste des pays « expulseurs ».

(Nicolas Gros-Verheyde)