Elections 2019. Hamon, Varoufakis lancent la première liste transnationale

Elections 2019. Hamon, Varoufakis lancent la première liste transnationale

Share

(B2 avec AFP) Benoît Hamon et son mouvement Génération-s (1) ont lancé samedi depuis Naples, avec d’autres formations progressistes, un appel pour créer la « première liste pan-européenne transnationale » en vue des élections européennes de l’an prochain, convaincus qu’il y a « une alternative » à l’austérité.

« Nous n’avons pas choisi Naples par hasard » avec le maire de la ville Luigi de Magistris, l’ex-ministre grec des Finances Yanis Varoufakis et « l’ensemble des citoyens, élus, militants venus de toute l’Europe pour se retrouver pendant deux jours et lancer un appel aux Européens » en vue du scrutin du printemps 2019, a expliqué Benoit Hamon dans un message vidéo sur sa page Facebook.

Contre l’austérité

« Un appel qui commence par dire que nous croyons qu’il y a une alternative aux politiques d’austérité actuelles, face aux Emmanuel Macron, Angela Merkel, à Jean-Claude Juncker, face à cette vraie droite et cette fausse gauche qui prétendent qu’il n’y a pas d’alternatives », a-t-il poursuivi. « Nous voulons incarner une alternative européenne sur la question écologique, sur la question sociale, sur la question des réfugiés ».

Avec une coopération européenne

Et d’insister sur le mot « européenne » face à ceux qui « prétendent qu’il n’y aurait qu’une solution nationale à la crise européenne. Nous ne voulons pas de cette solution qui unifie les crises. […] Nous croyons à la coopération plutôt qu’à la compétition. »

Un mouvement transnational avec un programme

« Nous avons mis en œuvre une gouvernance de ce nouveau mouvement transnational européen qui a été créé aujourd’hui (samedi) à Naples. Nous avons mis en œuvre un programme, un agenda et ce nouveau mouvement va se projeter vers l’avant », a encore ajouté l’ancien candidat à la présidentielle. Les formations à l’origine de cet « appel de Naples », qui se présentent comme progressistes, écologistes ou encore féministes, entendent s’appuyer sur un « manifeste traçant une voie claire vers une Europe démocratique, écologique, égalitaire et ambitieuse », selon le texte de leur appel commun.

Les participants, parmi lesquels devaient aussi figurer des représentants du parti politique polonais Razem, de The Alternative (Danemark) ou encore de Livre (Portugal), présenteront leur manifeste d’ici juin avant une tournée dans les capitales européennes. L’appel, en anglais, estime que l’Europe, laissée à l’establishment, « va continuer à avancer comme un zombie vers une impasse. Mais nous pouvons faire bien mieux, ensemble. Les prochaines années vont déterminer si la génération actuelle et celles à venir regarderont l’Europe comme une source de torpeur ou une source de promesse ».

Fin janvier, Hamon et Varoufakis, fondateurs du mouvement européen Diem 25, avaient expliqué que même s’il n’y aura pas à proprement parler de listes transnationales pour les prochaines européennes, il s’agissait de faire travailler ensemble différentes listes nationales. Celles-ci soutiendront un candidat commun pour la présidence de l’UE et les députés élus sous cette bannière formeront un nouveau groupe au Parlement européen, avaient-ils indiqué.

(avec AFP)

(1) dont font partie les eurodéputés Isabelle Thomas et Guillaume Balas

crédit photo : Génération-s (twitter)