Réforme de la Zone Euro : une vraie fenêtre d’opportunité (Moscovici)

Réforme de la Zone Euro : une vraie fenêtre d’opportunité (Moscovici)

Share

(B2 avec AFP) Le Commissaire européen aux affaires économiques et financières, Pierre Moscovici, a prévenu dimanche (18 février) ne pas s’attendre à un accord parfait sur les réformes de la zone euro en juin même s’il y a reconnu que le moment était propice. « Il y a une vraie fenêtre d’opportunités qui s’est ouverte avec l’élection présidentielle française » et « qui se refermera probablement » avec la phase politique des élections européennes prévues en 2019, a déclaré M. Moscovici sur RFI.

Pas de vrai budget pour la Zone Euro, mais un budget plus modeste

« On n’aura pas tout, on n’aura pas un accord parfait mais s’il y avait des progrès sur la gestion de crise, la capacité à lutter contre les chocs, à investir davantage et la démocratie (…) on aura marqué un pas en avant très important », a-t-il souligné. En termes de ligne budgétaire, « j’ai toujours été pour un vrai budget de la zone euro avec un vrai montant », mais « nous savons que nous ne l’aurons pas », a-t-il ajouté. « Dans un premier temps, ce ne sera pas un budget d’ampleur », mais « je souhaite que nous marquions des premiers vrais pas en avant » en juin, a insisté l’ancien ministre français de l’Économie et des Finances.

En débat, l’augmentation du budget européen ?

Le commissaire européen au Budget, l’Allemand Günther Oettinger, a suggéré que les contributions au budget puissent atteindre 1,1% à 1,2% du PIB de l’Union, contre 1,0% actuellement (Lire : La Commission donne ses options pour le budget futur de l’UE (2021-2027)… et une ‘petite’ surprise). « Le temps qui va séparer la formation d’un gouvernement à Berlin du mois de juin doit être un temps de travail intensif » des dirigeants européens sur les réformes, a souligné M. Moscovici.

 

La coalition en Allemagne pour un budget plus important

L’accord de coalition gouvernementale entre les conservateurs d’Angela Merkel et les sociaux-démocrates apporte un soutien prudent aux idées de réformes européennes lancées par le président français Emmanuel Macron. Des moyens budgétaires spécifiques pourraient être mis en œuvre comme « point de départ d’un futur budget d’investissement dans la zone euro », selon ce document.

(AFP)

Crédit photo : Commission européenne / Archives B2