Mali. Les Français mènent un raid héliporté près de la frontière algérienne

 (crédit : EMA / MOD France – mai 2017 – Récupération d’hommes par hélicoptère – Archives B2)

(B2 avec AFP) Dans la nuit du 13 au 14 février 2018, les forces françaises engagées au Sahel ont mené une opération sur trois objectifs de groupes armés terroristes, au nord-est du Mali, entre Boughessa et Tin-Zaouatène, a indiqué jeudi l’état-major des armées. En fait à quelques centaines de mètres de la frontière algérienne.

Près de l’Algérie

L’opération s’est déroulée « à proximité de Inaghalawass, un oued distant de 900 mètres de la frontière algérienne, entre 4h40 et 5h20 (GMT et locales) », a précisé à l’AFP une source sécuritaire étrangère présente au Mali. « C’est la base du chef du réseau, Iyad Ag Ghaly, à Tinzaouatène qui a été la cible principale de cette opération ».

Frappes aériennes et assauts héliportés

L’opération a débuté par « des frappes aériennes simultanées sur les objectifs, suivies d’assauts héliportés appuyés par des hélicoptères Tigre et conclues par un engagement au sol ». Le bilan, « provisoire » à ce stade, est d’une « vingtaine de terroristes tués ou capturés, trois véhicules détruits, des armements récupérés, ainsi qu’un grand nombre de documents saisis ». Un proche du chef jihadiste, un ancien colonel de l’armée malienne qui avait fait défection, a été tué dans ce raid, ont indiqué les Forces armées maliennes (FAMa).

Plusieurs opérations de sécurisation dans la zone des trois frontières

En parallèle, plusieurs opérations conjointes de sécurisation(avec les forces maliennes) ont été menées dans la zone des trois frontières (entre Mali, Niger et Algérie) par l’opération Barkhane. Les opérations se sont concentrées principalement autour de Ménaka. Des patrouilles conjointes avec les forces armées maliennes ont également été menées à Ansongo par les militaires français présents au titre du partenariat militaire opérationnel. Dans le nord du Mali, le groupement « terre désert blindé » a été engagé dans des opérations de sécurisation et de contrôle de zone sur l’axe reliant Almoustarat et Tarikent. Des patrouilles conjointes ont été conduites avec les forces armées maliennes.

(NGV et AFP)