Les Britanniques déploient jusqu’à 1000 hommes dans les rues

Forces de la police civile de défense déployées (crédit : MDP UK)

(B2) Le plan Temperer a (de nouveau) été déclenché, a annoncé le ministère britannique de la Défense, vendredi (15 septembre). 

Cette opération de sécurité intérieure à l’image de l’opération Sentinelle (en format réduit) vise à déployer des militaires en ruses, pour sécuriser certains sites. « À la demande de la police, nous avons décidé de déployer rapidement jusqu’à 1000 personnes provenant des trois services [police de l’air, police de l’amirauté, police de l’armée] pour assurer la sécurité sur les sites à travers le Royaume-Uni » a indiqué un porte-parole du ministère de la Défense. « Cela libérera d’autant la police pour patrouiller dans les rues et protéger le public. » a-t-il ajouté.

Cette décision a été prise en réponse à l’attentat survenu dans le métro londonien à la station Parsons Green. Les autorités britanniques ont décidé de faire passer le niveau d’alerte de « sévère » à « critique ». Ce qui signifie qu’une nouvelle attaque est attendue « de façon imminente ».

L’opération Temperer

L’opération Temperer est un plan prévu de longue date permettant de déployer des forces armées dans les rues (jusqu’à 5200 agents). Cette opération de sécurité intérieure (OpInt) avait été déclenchée, pour la première fois, fin mai, juste après l’attentat à Manchester à la salle de concert Ariana Grande (lire : La résilience, c’est çà ! Une belle leçon britannique de savoir-vivre).

Des unités spécifiques de police

Plusieurs unités, essentiellement de la police civile de défense (1), avaient alors été déployées afin de protéger des sites stratégiques (nucléaires), certaines gares et aéroports (à Stansted notamment) et des évènements sportifs ou culturels. Jusqu’à un quart de la force totale des agents autorisés à utiliser des armes à feu avait ainsi été déployée, durant quelques jours, « pour rassurer le public sur divers sites emblématiques ». Ils étaient rentrés, pour l’essentiel dans leurs casernes, quelques jours plus tard. NB : contrairement à la France (avec son opération permanente Sentinelle), le Royaume-Uni, passée la phase d’urgence, était revenu dans un dispositif plus classique.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Le Royaume-Uni a une force spécifique de police, civile, rattachée au ministère de la Défense, provenant des trois armes (police de l’air, police de l’amirauté, police de l’armée). Ils ont deux fonctions essentielles : la police et l’enquête au sein des installations et du personnel du ministère de la Défense, ainsi que la lutte contre le terrorisme. Ils sont, pour la plupart, armés.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).