Cyber, crises, fake news… OTAN et UE s’entraînent de manière (quasi) simultanée

Cyber, crises, fake news… OTAN et UE s’entraînent de manière (quasi) simultanée

Share

(B2 – exclusif) Les ambassadeurs des 28 ont été convoqués ce matin à 10h30 pour une réunion spéciale… L’opération AIFOS déployée en Méditerranée contre les trafics d’êtres humains (1) vient d’être victime de cyber-attaques. Et ce n’est pas la première fois. La situation est tendue. L’Union européenne est en butte depuis « le mois d’août » à des cyberattaques de plus en plus pointues. Les spécialistes du renseignement ont fait passer le message : ces attaques seraient attribuées à Froterre, un pays « quasi-démocratique », « de plus en plus attentif à son pouvoir économique mondial potentiel et à sa force militaire ». Etc. Voilà le pitch (le thème) qui est au centre de l’exercice qui rassemble les 28 aujourd’hui.

Un exercice qui met en jeu, tout le monde l’aura reconnu, la Russie (alias Froterre, cf. encadré), un mouvement extrémiste religieux type Daesh (alias Nexsta, comme Newborn Extremist State), et un mouvement anti-globalisation AGG qui accuse l’Union européenne de militariser la Méditerranée et contrôle plusieurs ONG. Car dans les jours prochains, le rythme des crises va s’accélérer. Durant plusieurs jours, des « incidents » de type cyberattaques frappent l’opération en Méditerranée, et ses centres de commandement. Les médias sociaux s’en sont emparés diffusant des « fausses nouvelles ». Depuis, le trafic pétrolier est perturbé.

Deux en un

C’est l’originalité de cet exercice. Il se déroule, pour la première fois, des deux côtés de Bruxelles, autour du rond point Schuman (côté UE) et du boulevard Léopold (côté OTAN), de façon « simultanée et coordonnée », selon la terminologie officielle avec l’exercice annuel de l’OTAN « CMX17 ». D’où le nom de PACE donné à l’exercice européen, comme Parallel And Coordinated Exercice.

Les deux organisations viennent « injecter » dans l’exercice de l’autre divers incidents, destinés à tester à la fois la solidité du processus de décision et la bonne coopération entre les deux organisations. Chacun tient ses réunions et répond aux évènements, selon ses propres procédures internes, mais ils s’échangent des informations et interagissent.

Du côté de l’UE, ce ne sont pas seulement les structures politico-militaires habituelles (état-major de l’UE, ambassadeurs du COPS, services de planification du SEAE, la cellule de fusion hybride) qui sont appelées à jouer leur rôle. Il s’agit de tester aussi le système de coordination des États membres (dit IPCR comme Integrated Political Crisis Response) comme le dispositif de réponse de crises de la Commission européenne, pour l’aspect économique ou civil (le système ARGUS d’alerte rapide et le mécanisme de protection civile) y compris les services chargés de la communication (StratComm ou porte-paroles). Un exercice similaire est prévu entre ambassadeurs de l’OTAN début octobre, appelé à se dérouler durant une vingtaine d’heures.

A suivre…

(Nicolas Gros-Verheyde)

NB : les ministres de la Défense s’étaient livrés, sur le même thème, à une petite simulation lors de leur réunion informelle à Tallinn, début septembre. Lire : A Tallinn, les ministres jouent à la guerre cyber hybride (V2)


Un exercice tourné contre la menace russe

Le descriptif de l’Etat « Froterre » dans les documents distribués par les Européens ne fait aucun doute sur la ressemblance avec la Russie. FROTERRE est un « pays quasi-démocratique de plus en plus attentif à son pouvoir économique mondial potentiel et à sa force militaire ». Il « recherche donc un rôle géopolitique accru, mais ses intérêts économiques et ses valeurs sont opposés à ceux de l’UE et du reste du monde occidental ». Le gouvernement FROTERRE dispose « de capacités cybernétiques offensives très avancées et contrôle les pirates informatiques, des hacktivistes et des médias nationaux ». Ces groupes diffusent « des outils de développement de la propagande pour les agences de renseignement et piratent des réseaux et des bases de données à l’appui des objectifs de sécurité de FROTERRE ». Froterre est « fréquemment accusé de procéder à des attaques hybrides / cyberespécifiques pour harceler les pays occidentaux et affaiblir leur influence économique et géopolitique ». Mais « la plupart de ces attaques sont bien inférieures au seuil d’une guerre hybride / cybernétique ». (NB. Ce qui rend toute réaction à haut niveau difficile). La ressemblance est poussée à l’extrême, y compris dans le calendrier politique. « Dans le but d’accroître sa légitimité vis-à-vis de la communauté internationale, le président de FROTERRE a déclaré que les élections auront lieu en 2018. Mais il n’y a qu’une opposition limitée qui, dans une large mesure, est contrôlée par le gouvernement. » Etc.


(1) Tout le monde aura reconnu l’anagramme de l’opération Sophia,

(2) Tout n’est pas encore tout à fait fluide entre les deux organisations. Ainsi la note de l’exercice de l’OTAN n’a pas été diffusée à tous les États membres de l’UE… Question chypriote oblige. La Turquie bloque toujours les échanges d’informations et la coopération institutionnelle entre les deux organisations.