Quand le band du 14 juillet s’initie au Daft Punk

(B2) Quand la fanfare militaire se fait un petit plaisir, lors du défilé du 14 juillet, en faisant un « pot pourri » (melting pot) de Daft Punk, on se dit que les temps changent. Certains apprécient (Emmanuel Macron et plusieurs ministres). D’autres moins (tel le président américain Donald Trump, un rien perplexe qui se gratte l’oreille en se disant « sacrés français »). Lire aussi : Un 14 juillet sous la bannière étoilée. Donald Trump sur la Tour Eiffel

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).