Le sommet de Trieste tourne court. Entre Français et Italiens un couac

(B2) Paris et Rome ne semblent pas sur la même longueur d’ondes. A écouter nos collègues italiens, la rencontre entre Italiens et Français, en marge du sommet sur les Balkans, ce mercredi (12 juillet) a tourné court. Le Premier ministre Paolo Gentiloni qui demandait à la France d’entrouvrir ses ports, pour délester un peu les ports italiens, s’est heurté à un mur. Malgré l’intermédiaire de l’Allemagne, Emmanuel Macron a refusé de décrocher de la position traditionnelle de la France. Pas d’accueil supplémentaire de migrants. Et juste un petit effort pour les réfugiés politiques. On est bien loin de la politique allemande d’accueil, plus généreuse, tant saluée pourtant à Paris. (NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Inscrivez-vous à notre newsletter