Un missile britannique sur le mini QG militaire de l’UE

Missile Meteor tiré d’un avion de combat (crédit : MBDA / MOD Uk)

(B2 – exclusif) Le naturel semble être revenu au galop… Après une manifeste bonne volonté, les Britanniques ont mis ce qui ressemble à un « veto » à la mise en place du projet de mini QG européen permanent pour certaines missions militaires européennes. Ce qu’on appelle la MPCC en langage européen (1). Ce qui est une vieille habitude, Londres s’étant régulièrement opposé à toute mise en place d’un QG autonome depuis le début des années 2000…

Un accord en mars… un désaccord en mai

En mars, le ministre britannique à la Défense, Michael Fallon, avait montré son accord. Mais est-ce l’habituelle duplicité britannique, un certain optimisme franco-allemand ou plutôt le contexte électoral ? Dans tous les cas, les Britanniques ont tourné casaque et ont, jusqu’à présent, refusé toutes les propositions de compromis qui leur étaient présentées. « Il ne s’agit pourtant que de transcrire en termes juridiques un accord politique » plaide un diplomate d’un État membre en faveur de la MPCC. « Il y a un accord politique certes » reconnait son homologue britannique. Mais il faut, ensuite, le traduire dans une décision. Et les mots choisis ont alors toute son importance. « Le langage traduit ce que vous espérez faire » constate-t-il.

Durcissement lié au Brexit

Cette attitude est assez logique, d’une certaine manière. Et elle correspond au durcissement affiché à Londres sur le Brexit. Mais elle passe mal auprès des autres États membres, notamment en France mais aussi en Allemagne, en Espagne, et jusqu’en Finlande. Elle ne laisse présager rien de bon sur le reste des négociations.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire tous les détails : MPCC. Fidèles à leurs habitudes, les Britanniques bloquent. Les points de désaccord

Et notre fiche mémo : Le commandement des missions militaires (MPCC)

Lire aussi : Un mini QG pour les missions de l’UE. Pour quoi faire ?

 

(1) Capacité de conduite et planification des missions (militaires non exécutives).

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen à l'université Paris I Pantheon Sorbonne. Journaliste professionnel depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir). Auditeur de la 65e session de l'IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale).