Des armes à bord d’un navire libyen. Une première saisie pour Sophia (V2)

Des armes à bord d’un navire libyen. Une première saisie pour Sophia (V2)

Share

C’est une équipe de marins lituaniens qui a procédé à la saisie d’armes (crédit: EUNAVFOR Med)

(B2) Lundi 1er mai, les gars de l’opération Sophia ont effectué une saisie d’armes, la première du genre depuis que l’opération européenne en Méditerranée (EUNAVFOR Med) a débuté le contrôle de l’embargo sur les armes, en octobre dernier, conformément à la résolution 2292 du Conseil de sécurité des Nations unies. De quoi démentir notre article publié avant le week-end qui mentionnait zéro saisie d’armes (lire au bilan de l’opération Sophia)

Un navire portant pavillon libyen

Cette prise revient au navire allemand, le navire auxiliaire Rhein, ou plus exactement à l’équipe d’abordage lituanienne qui était à bord… Les Lituaniens ont abordé un navire El Mukthar arborant le pavillon libyen. Ils ont découvert à bord un petit arsenal : des mitrailleuses, des fusils AK47 (Kalachnikov), des lances roquettes type RPG et les grenades, des grenades de mortier et des munitions.

Le Parquet de Marseille devrait être saisi

Toutes les armes ont été saisies et ensuite transférées à bord du navire allemand pour être vérifiées, comptées et ensuite éliminées par des militaires. Les auteurs des faits délictueux pourraient être poursuivis. Normalement, selon le protocole interne conclu au sein de l’Union européenne, c’est le Parquet de Marseille qui devrait être saisi.

(Maj 13.5) Selon nos informations, le navire saisi se rendait de Misrata à Benghazi, transportant des armes en nombre, loin d’être défensives : des mines terrestres, des matériels en nombre destinées à une offensive, et à destination apparemment des troupes anti-Haftar.

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi :