(B2) Denis Safran est un médecin peu ordinaire. Anesthésiste réanimateur, chef du service à l’hopital Pompidou (dans le XVe), il est surtout devenu le médecin de la BRI, la Brigade de recherche et d’intervention, de la police parisienne; Une unité d’élite appelée dans les coups durs. C’est un fait souvent peu connu. Mais les unités d’élite comme le RAID, le GIGN, et aussi la BRI, se sont dotées d’une équipe médicale, qui part en intervention, dans les colonnes d’assaut, pour être au plus près des blessés, et donner le plus vite possible des soins. Chaque minute, chaque seconde compte alors, en cas de blessure grave. C’est ainsi que le 13 novembre 2015, Denis Safran a été un des premiers à pénétrer médecins dans le Bataclan sinistré. « Très vite il a compris qu’il ne servait à rien de soigner les gens sur place. Il fallait employer la technique de guerre : évacuer le plus vite les personnes à l’hôpital »… la suite dans « Médecin de combat, Denis Safran avec Vincent Rémy (éditions Grasset, janvier 2017, 208 pages, 17,90 €)

(Nicolas Gros-Verheyde)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

Inscrivez-vous à notre newsletter