En Ukraine, le cessez-le-feu bat de l’aile. Les armes lourdes ne sont pas retirées

En Ukraine, le cessez-le-feu bat de l’aile. Les armes lourdes ne sont pas retirées

Share

Les civils sur le pont de Stanytsia Luhanska (© OSCE, décembre 2016)

(B2) L’OSCE « surveille le cessez-le-feu » annoncé dimanche 19 février dans l’est de l’Ukraine. Lamberto Zannier ne se fait pas d’illusions. Ce cessez-le-feu ne se présente « pas très bien », estime le secrétaire général de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe. C’est le message qu’il a lancé à New York, après une intervention au Conseil de sécurité de l’ONU, ce mardi 21 février.

Le nouveau cessez-le-feu a été annoncé samedi soir par les chefs de la diplomatie russe Sergueï Lavrov et ukrainienne Pavlo Klimkin, à Münich à l’issue d’une réunion sous format Normandie (ministres des Affaires étrangères allemand, ukrainien, russe, français). Il est entré en vigueur lundi (20 février), plus de deux semaines après une flambée de violence ayant fait une trentaine de morts à Avdiïvka, ville de l’est de l’Ukraine au nord de Donetsk.

Les armes lourdes pas encore retirées

« Il semblerait que les activités se poursuivent. Je n’ai pas de confirmation de dernière minute, mais cela ne se présente pas très bien ». L’OSCE fait état, notamment, de l’utilisation d’armes légères et d’explosifs. Mais le cœur du problème est le retrait des armes lourdes des zones de frontières. La mission d’observation de l’OSCE constate « dans différentes zones, la poursuite d’une « activité cinétique » (bombardements), avec l’utilisation d’armes légères surtout mais aussi, dans certains cas, également d’explosifs. Ce qui veut dire qu’ils utilisent également des mortiers et d’autres armes plus lourdes, en violation du cessez-le-feu ». La confirmation du « retrait synchronisé de l’artillerie lourde » ne se fera pas avant ce mercredi, au plus tôt, estime l’Italien. Une situation qu’il regrette, considérant « le très nécessaire retrait des armes lourdes » comme « une étape clé vers la désescalade des combats ».

Un risque de reprise des combats

Pour le chef de l’OSCE, la situation sur le terrain reste « confuse » et tous les ingrédients « sont là » pour un redémarrage pour une nouvelle phase de combat intense. « Les combats et les bombardements dans la région d’Avdiyivka ces dernières semaines ont été les plus violents depuis deux ans. »

La reconnaissance des passeports au cœur des tensions diplomatiques

Les tensions entre Ukrainiens et Russes sont montés d’un cran la semaine dernière, après l’ordre donné samedi (18 février) par le président russe Vladimir Poutine de reconnaître « temporairement » les passeports émis par l’administration séparatiste de l’autoproclamée république populaire de Donetsk. Un procédé qui n’est pas sans rappeler celui suivi pour l’Ossétie du Sud comme l’a rappelé Lamberto Zannier. « Il pourrait y avoir un bénéfice humanitaire. Mais la méthode me rappelle la Géorgie, l’Abkhazie et l’Ossétie du Sud. » Cette décision a d’ailleurs été critiquée par la France et l’Allemagne, qui ont dénoncé une violation de l’esprit des accords de Minsk, sensés permettre une réunification de l’Ukraine en contrepartie d’une autonomie accrue accordée à l’Est russophone.

(Leonor Hubaut)


La routine des convois russes. Dans le rapport quotidien du 21 février, la mission d’observation de l’OSCE en Ukraine annonce qu’un convoi de dix véhicules ont passé la frontière entre la Russie et l’Ukraine, au point de contrôle de Donetsk à 7h20 du matin et sont retournés en Russie vers 15h30, le même jour. ici


Lire aussi :