La formation des garde-côtes libyens commence

L'arrivée des stagiaires libyens à bord du Rotterdam (crédit : EUNAVFOR Med)
L’arrivée des stagiaires libyens à bord du Rotterdam (crédit : EUNAVFOR Med)

(B2) Les marins de EUNAVFOR MED Sophia ont commencé, ce jeudi (27 octobre), la formation de la Garde côtière libyenne et de la marine libyenne, annonce le QG de l’opération à Rome.

Deux navires dédiés à la formation

La formation se déroulera sur deux navires qui ont été spécialement dédiés à cette fonction : le navire de débarquement italien San Giorgio (L 9892) et le Néerlandais Zs Ms Rotterdam (qui a intégré depuis la mi-octobre l’opération Sophia avec cette tâche spécifique jusqu’à la mi-décembre normalement). Elle se déroulera en « haute mer ». Mais les Européens ne préfèrent pas détailler la façon dont les stagiaires libyens rejoindront les navires, pour « raison de sécurité » (1) .

La formation pour 80 stagiaires

 La formation va concerner 78 stagiaires qui ont été sélectionnés — et « screenés » au préalable. Ils seront embarqués avec leurs mentors. Le programme de formation initiale comporte divers modules — précise le QG de l’opération, allant « des compétences marines de base aux compétences plus avancées spécialisées », sans oublier une notion « substantielle » de formation sur les droits de l’homme et du droit international.

Quelques retards à l’allumage

Le démarrage de cette nouvelle activité n’a pas été sans difficultés et a pris quelque retards sur le planning projeté. La question de la sélection des Libyens devant être formés comme leur contrôle ultérieur par l’autorité libyenne, une fois formés, posant problème notamment. L’adjonction de deux nouvelles tâches avait été décidée par le Comité politique et de sécurité (COPS) en mai, avalisée par les ministres le 20 juin. Mais il a fallu encore plusieurs semaines de discussions, au niveau des ambassadeurs en général ou des experts de relations extérieures des 28 (lire : De nouvelles tâches pour EUNAVFOR Med Sophia. Non sans difficulté), pour aboutir à un accord sur le cadre de la formation.

 

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Ce pourrait être avec les moyens libyens mais aussi des moyens légers européens dépêchés vers la Libye.

Lire aussi :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).