Un seul service de renseignement franco-allemand. Récit d’un échec

(B2) Ce sont les étudiants de Centrale, à Chatenay-Malabry, qui ont eu la primeur de cette information, comme le raconte Jacques Follorou dans le quotidien Le Monde. L’ancien responsable de la division technique de la DGSE, Bernard Barbier, leur a confié, comment l’idée de faire un grand service de renseignement franco-allemand est venue… et comment elle a échoué.

Pour bâtir un service de renseignement, il n’y a pas grand monde…

« Il est impossible de construire un seul service de renseignement européen avec 28 pays qui n’ont pas les mêmes moyens ni la même culture. Les meilleurs, par rapport à leur nombre d’habitants, ce sont les Suédois. Les Italiens sont mauvais. Les Espagnols sont un peu mieux, mais n’ont pas de moyens. Et les Britanniques, avec 6 500 agents au sein du GCHQ, sont forts, mais sont-ils Européens ? (…) Restent les Allemands, qui sont de solides partenaires.»

Les Allemands sont solides

J’ai beaucoup travaillé avec eux, à la fois en transmettant notre savoir-faire mais aussi en leur apportant des moyens techniques. Les ingénieurs allemands et français travaillent très bien ensemble. En revanche, l’ingénieur britannique avec l’ingénieur français, c’est compliqué.

Le niveau politique refuse la fusion BND / DGSE

Pour être plus efficaces, j’ai dit aux politiques en France qu’il fallait fusionner le BND [le Service fédéral allemand de renseignement] et la DGSE. C’est la seule solution. Cela ferait un service de 15 000 personnes. La NSA compte 60 000 personnes, et la direction technique de la DGSE, seule, c’est 3 000 agents. Mais les politiques français n’ont jamais donné suite. »

L’attaque sur l’Union européenne de 2010 : une attaque venue de Washington

Le super techno-espion raconte ensuite comment il a démasqué l’origine de l’attaque sur l’Elysée qui se révèle être la même signature que celle qui a frappé l’Europe. « Le responsable de la sécurité informatique de l’Elysée était un ancien de ma direction à la DGSE, relate M. Barbier. Il nous a demandé de l’aide. On a vu qu’il y avait un “malware” qui avait une signature identique à celui que nous avions identifié lors d’une attaque contre la Communauté européenne en 2010. Il n’y avait que les Américains et les Russes qui avaient pu faire cette première opération. En 2012, nous avions davantage de moyens et de puissance techniques pour travailler sur les métadonnées. J’en suis venu à la conclusion que cela ne pouvait être que les Etats-Unis.