Dans le Donbass, les mortiers et l’artillerie parlent. En Crimée, c’est calme (OSCE)

Share

(BRUXELLES2) Le dernier rapport de la mission des observateurs de l’OSCE dans l’Est de l’Ukraine, le 16 août (1) est éloquent. Les accords de Minsk sont régulièrement violés dans l’Est de l’Ukraine que ce soit au niveau du cessez-le-feu ou du retrait des armes lourdes. En revanche, autour de la Crimée, malgré des paroles enflammées de responsables politiques, la situation est plutôt calme.

Tirs de mortiers et d’artillerie dans le Donetsk, et dans le Luhansk

La mission a noté « un grand nombre de violations du cessez-le-feu dans la région de Donetsk, en particulier (…) avec un nombre élevé continu d’explosions dans la région de Donetsk » de différents types : mortier de 82 mm, provenant de véhicules blindés (type BMP1), artillerie de 152mm. Elle « note la poursuite des combats dans la région de Yassynouvata-Avdiivka, y compris avec des lanceurs multi-roquettes de type Grad » (BM-21 de 122mm). Positionnée dans le centre-ville de Donetsk, la mission a ainsi entendu, « dans la nuit du 15 au 16 août, au nord-nord-ouest, 143 explosions indéterminées quant à leur emplacement ». Les observateurs notent également « une augmentation du nombre d’explosions enregistrées dans la région de Luhansk par rapport à la veille ». 

Des tirs des deux côtés selon les analyses des cratères

La mission a réalisé des analyses de cratères des bombes et explosions « des deux côtés de la ligne de contact à Donetsk et Louhansk ». Elle a ainsi observé dans le quartier Mykytiskyi de la république auto-proclamée du Donetsk (DPR), à Horlivka (38km au nord-est de Donetsk), « des fenêtres brisées et des traces d’éclats sur les murs de l’école n° 84, ainsi qu’un cratère de 1 mètre récent, causé par un obus d’artillerie de 122 mm tiré à partir d’une direction nord-ouest ». Dans le quartier Bessarabka de Horlivka, il a analysé « deux cratères récents, provoqués par des obus d’artillerie de 152 mm, mais n’a pas pu déterminer la direction du tir ». (…) A Chermalyk (77 km au sud de Donetsk), dans la zone contrôlée par le gouvernement, la mission a observé 19 cratères récents, causés par des obus d’artillerie de 122mm tirés depuis une direction Est et Est-nord-est, résultant « selon les officiers des Forces armées ukrainiennes du Centre commun de contrôle et de coordination (CMCD) qui accompagnaient la patrouille, de bombardements qui ont commencé juste après minuit ». Les cratères étaient tout proches « d’habitations et d’une ferme voisine, où une grange brûlait encore, à environ 250 mètres des stocks de munitions des Forces ukrainiennes ». Etc.

Des violations des retraits d’armes lourdes

Les armes lourdes continuent de circuler « en violation des lignes de retrait » fixées dans les accords de Minsk. Les observateurs ont ainsi remarqué « deux mortiers de 82 mm (2B9 Vasilek) remorqués par des camions vers le sud vers Shchastia (20 km au nord de Luhansk), (…) des camions militaires transporter, à 3,5 km au nord-est de Shchastia, au moins quatre mortiers de 120 mm (2B11) vers Shchastia ». Différents matériels ont aussi été observés comme « manquants » dans des zones apparemment abandonnées par les forces ukrainiennes : huit mortiers de 120mm (2B11) et trois mortiers de 82mm (2B9) dans la première zone, six mortiers de 120mm (2B11) dans la seconde zone. « Des armes ont également été notées comme manquantes dans d’autres zones des Forces armées ukrainiennes : 12 obusiers autotractés (2A36 Giatsint-B, 152mm), dix chars (T-64), 11 obusiers autotractés (2S3 Akatsiya, 152mm), et 12 lance-roquettes multiples (BM-21 Grad, 122mm) ». Etc.

Calme sur la ligne frontière avec la Crimée

Du côté de la ligne-frontière avec la Crimée, la situation est « calme ». Le 15 août aux points de passage Kalanchak, Chaplynka et Tchonhar (67, 167 et 72 km au sud-est de Kherson), il y avait « peu de trafic (véhicules et piétons) observés dans les deux sens ».  Le chef d’équipe de la 80e Brigade Parachutiste et le commandant d’astreinte des gardes frontières (ukrainiens), présents à Cape Kutara, ont tous deux « décrit la situation comme calme ». Tandis que le chef d’équipe à la position de Ad Penisula décrivait la situation de façon identique. C’est « calme ». « Un vol d’un drone en arrière et au-dessus de la ligne de démarcation » a-t-il indiqué tout comme « des hommes armés ont été vus s’entraînant de l’autre côté tôt dans la journée ». Le chef de la police régionale de Kherson a dit aux observateurs de l’OSCE que la police « avait renforcé les mesures de sécurité et augmenté le nombre de patrouilles le long de la ligne de démarcation administrative ».

(NGV)

(1) Télécharger le rapport détaillé des observateurs pour les journées des 15 et 16 août