Cout d’Etat en Turquie. Les Etats-Unis n’ont rien vu venir

Le général Dunford avec son homologue turc le général Hulusi Akar lors de sa visite en Turquie en janvier (crédit : Dod.Us / Archives B2)
Le général Dunford avec son homologue turc le général Hulusi Akar, le chef d’état-major turc, lors de sa visite en Turquie en janvier (crédit : Dod.Us / Archives B2)

(BRUXELLES2) « Je n’avais vraiment aucune indication que le coup d’Etat allait avoir lieu ». C’est en ces termes que le chef d’état-major de l’armée américaine, le général du corps de marines, Joe Dunford, s’est exprimé face à quelques journalistes « embeded » dans son avion au retour d’une visite de trois jours en Afghanistan. « C’est une surprise pour moi que cela se soit passé » a-t-il ajouté. 

Le renseignement US ne vaut plus rien !

Une déclaration qui interpelle. Ne pas voir venir un coup d’Etat de cette ampleur chez un allié aussi proche, où les contacts sont quotidiens, tant en Turquie (les Américains sont colocalisés sur la base d’Incirlik) qu’au siège de l’OTAN, à tous les niveaux, prête vraiment au doute. Doute d’autant plus renforcé que le renseignement russe avait apparemment prévenu 36 heures auparavant Erdogan qu’un « coup » se préparait. Soit le renseignement US n’est plus vraiment à la hauteur, et cela impose des mesures d’urgence. Soit le chef d’état-major « enjolive la vérité ». En clair, il baratine.

Des listes de purges très bien préparées

Ce qui semble de plus en plus certain, en revanche, c’est que les listes de purge étaient prêtes avant le coup d’Etat. Pouvoir en quelques heures seulement annoncer des séries d’arrestations et de suspensions dans l’armée, la justice et la haute fonction publique n’est pas inopiné. Un sentiment exprimé par certains responsables européens. Le commissaire à l’Elargissement, l’Autrichien Johannes Hahn, a été particulièrement clair sur ce point lundi (18 juillet), lors du Conseil. « Avoir des listes disponibles aussi vite nécessite un peu de préparation » a-t-il expliqué « Cela veut dire qu’elles avaient été préparées depuis déjà quelque temps. » Sentiment identique chez le ministre néerlandais des Affaires étrangères, Bert Koenders : « Il semblerait qu’il y avait déjà beaucoup de listes avec des noms de personnes qui sont arrêtées maintenant ».

Une course de vitesse entre putchistes et le pouvoir

L’ambassadeur turc en Bulgarie, Süleyman Gökçe, a d’une certaine façon accrédité cette explication allant même un peu plus loin. Dans un entretien à la télévision ‘Nova’ (interview reprise ensuite par plusieurs quotidiens), il explique que les arrestations et purges dans l’armée ou la magistrature étaient « programmées ». Le putsch visait « faire échouer cette préparation ». Ce qui suggérerait une sorte de course de vitesse entre les putchistes et le pouvoir. Le diplomate a ensuite rétropédalé dans une autre interview à la télévision bulgare, expliquant que ses propos avaient été mal compris. Ce sont « les interrogatoires menés dans les 24 à 48 heures qui ont suivi le putsch (qui) ont permis de tout démêler et de procéder aux arrestations ». Et de désigner les meneurs : « Le ministre des finances est impliqué, une partie du système judiciaire et de l’administration est impliquée aussi. C’était une tentative contre l’ordre constitutionnel et ils étaient préparés à mettre la main sur l’Etat ».

(Nicolas Gros-Verheyde)