Les Turcs… à la cantine. Le coup d’etat manqué bouleverse les plans d’EUFOR Althea

Soldats turcs en entraînement (crédit : EUFOR Althea)
Soldats turcs en entraînement (crédit : EUFOR Althea)

(BRUXELLES2) Le coup d’Etat manqué en Turquie a quelque peu déstabilisé l’opération de… stabilisation de l’UE en Bosnie-Herzégovine (EUFOR Althea), gérée en commun avec l’OTAN (1).

L’opération compte, en effet, un contingent turc non négligeable de l’ordre d’une compagnie, soit un bon quart de l’effectif environ (2). Pendant les quelques heures de flottement du coup d’état, s’est posée la question de la disponibilité des troupes. 

Nous avons interrogé le QG d’EUFOR qui n’a pas voulu confirmer l’information mais ne l’a pas démentie non plus, préférant s’en tenir à un message formel du commandant :

The Turkish Contingent in EUFOR are professional soldiers and carry out their regular duties under EUFOR Command. They continue to contribute along with another 20 Nations in BiH, all focused on Capacity Building and training and providing a Safe and Secure Environment.

Selon nos (autres) informations, le commandant de l’EUFOR (COMEUFOR) a cependant demandé aux Hongrois (environ 200 militaires) présents à Sarajevo qui s’apprêtaient à rentrer au pays, de stopper immédiatement leur retour, le temps d’y voir un peu clair. La situation en Turquie s’étant « éclaircie », l’astreinte a été levée et le contingent hongrois a pu rentrer au pays (3). 

Commentaire : Même si la compétence des soldats turcs ne peut être remise en cause, la fiabilité de l’engagement des forces turques dans des opérations multinationales comme EUFOR Althea risque d’être compromise, au moins dans les prochains mois. Les purges effectuées dans les forces turques pourraient, en outre, avoir pour effet de déstabiliser et compromettre l’engagement turc en externe. La question de la recherche de solutions alternatives va donc devoir se poser rapidement aux responsables de l’OTAN comme de l’Union européenne.

(Nicolas Gros-Verheyde)

(1) Sous le format Berlin Plus, la chaîne de commandement est mixte. Le commandement de l’opération est assuré par le D-Saceur (le général britannique Sir Adrian Bradshaw) au SHAPE (le commandement suprême de l’OTAN) tandis que le commandement de la force est assuré par un militaire de l’UE, le général autrichien Friedrich Schrötter. Lire : Les accords de Berlin Plus (2015)

(2) L’opération n’a plus qu’un effectif de moins de 600 hommes.

(3) A noter qu’EUFOR Althea dispose d’une force de réserve intermédiaire qui est stationnée dans le pays d’origine. En l’occurrence, une unité des forces hongroises (de la taille d’une compagnie) reste en alerte en Hongrie.