B2 Le Quotidien de l'Europe géopolitique. Actualité. Dossiers. Réflexions. Reportages

Actu BlogGouvernements

Les 27 très inquiets. Cameron très ronchon

(BRUXELLES2 *) Passé le choc du référendum, l’Europe tente de s’organiser, pour préparer au mieux le divorce avec le Royaume-Uni. Seul hic, le Premier ministre britannique n’a toujours pas notifié officiellement son départ de la maison européenne. L’inquiétude est grande

Entre canapé et garage

L’Europe avec le Royaume-Uni, c’est un peu comme une maisonnée, face à un enfant insupportable, qui a décidé de ne plus subir les corvées du quotidien familial, annonce haut et fort qu’il claque la porte, avec quelques insultes au passage, mais au dernier moment se ravise, se dandine, et reste… sans dire dans combien de temps il partira. Alors on s’organise… entre canapé et garage. C’est un peu dans cet esprit que les 27 Chefs d’Etats et de Gouvernement vont se retrouver avec leur alter ego britannique, David Cameron, aujourd’hui et demain, pour essayer de trouver un modus vivendi à 28 ou à 27 pour les mois à venir…

Grosse inquiétude du sommet

Le sommet européen qui se tient à Bruxelles va ainsi s’organiser en deux parties bien distinctes. Tout d’abord, a lieu ce mardi, une discussion à 28 sur les principaux enjeux du moment. Migrations, marché unique, situation en Libye, stratégie de sécurité de l’Union européenne, les sujets ne manquent pas, importants. Mais on ne peut pas dire qu’ils suscitent grand intérêt. Le lendemain, mercredi, doit avoir lieu une discussion, à 27… sans le Royaume-Uni. Un format exceptionnel amené à se reproduire. Il s’agit, a confié un haut diplomate européen, de discuter du « futur » de voir comment « s’organiser » mais surtout d’envoyer un message, urbi et orbi. Les 27 sont décidés à continuer l’aventure européenne, plus que jamais. Entre les deux, il y aura eu un diner, ce mardi soir. Organisé, en format « chefs seuls », sans autre témoin que les scrutateurs du Conseil européen et les huissiers, il promet d’être épique. Le Premier ministre David Cameron est, en effet, attendu de pied ferme par quelques uns de ses collègues. Il va devoir « expliquer » la situation au Royaume-Uni. « Une situation extrêmement confuse et instable » juge des représentants d’Etats membres.

On attend Cameron de pied ferme

Chacun attend en effet que le gouvernement britannique signifie officiellement son désir de quitter l’Union européenne. Le résultat du référendum est pourtant clair et ne laisse planer aucune équivoque. Mais d’un point de vue juridique, et politique, David Cameron doit déclencher ce qu’on appelle la procédure de l’article 50. C’est cette « notification » officielle qui déclenche tout un processus de négociation permettant à terme le processus de sortie du Royaume-Uni. Une « négociation qui promet d’être longue, complexe et difficile » souligne un diplomate européen.

Un futur statut d'Etat tiers quelque part entre la Norvège et la ... Corée du Nord

Il faut détricoter en douceur tous les liens, étroits, qui unissent l’ile britannique au continent, sans léser personne mais aussi sans donner d’avantages outranciers à celui qui sorte. A terme, le Royaume-Uni sera un « état tiers » associé à l’Union européenne. « Nous avons beaucoup de modèles en matière de relations extérieure — ironise un diplomate — cela va de la Norvège (très étroitement associée au marché européen) à la Corée du nord (qui est l’objet de sanctions) en passant par la Suisse, la Turquie, les pays des Balkans, etc. ».

Le Royaume-Uni s’efface

Le drapeau britannique flotte toujours à Bruxelles au siège de l’Union européenne. Mais les premiers signes de l’effacement du Royaume ont déjà commencé. Le commissaire britannique, représentant du Royaume à la Commission européenne, Jonathan Hill, chargé des services financiers, a déjà annoncé sa démission. C’est le Lituanien Valdis Dombrovskis qui assure l’intérim en attendant un hypothétique successeur. Toutes les autres nominations de Britanniques à haut niveau sont remisées. Le Royaume-Uni qui devait assurer d’ici un an, au 2e semestre 2017 la présidence de l’Union européenne, pourrait passer son tour (lire : La présidence britannique en 2017 c’est fini ?). Ce devrait un petit pays balte, l’Estonie qui reprendra le flambeau. Et, de façon plus concrète, l'Autorité bancaire européenne, institution européenne installée à Londres, pourrait rejoindre Paris … ou Francfort. Les cartons de déménagement se préparent…

 

(Nicolas Gros-Verheyde)

  • (*) article paru dans le quotidien Sud-Ouest ce matin

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

s2Member®