Un ancien de Zaventem à Ramallah pour aider les Palestiniens à franchir le cap

Joeri Van Nuffel
Joeri Van Nuffel

(B2 à Ramallah) La Palestine a de bonnes chances d’intégrer Interpol, l’organisation internationale de la coopération policière, d’ici la fin de l’année. Du moins, elle s’y prépare. Il reste encore toute une série d’obstacles techniques et législatifs à remplir. Et, pour aider les autorités palestiniennes à se mettre au niveau requis international, un homme… un ancien inspecteur principal de la sécurité de l’aéroport de Zaventem (Bruxelles).

Avec une zeste d’accent molenbeekois

La coopération policière internationale, Joeri Van Nuffel, en connait bien les rouages pratiques et juridiques, pour l’avoir pratiqué depuis quelques années. Ce Belge flamand, de la police fédérale belge, a rejoint les rangs d’Interpol à Pristina, au Kosovo en 2012. Celui qui, avec toute l’auto-ironie dit de lui qu’il parle français avec un accent qu’il qualifie, lui-même, de « Molenbeekois », fait ensuite la jonction entre la Belgique et Interpol, avant de rejoindre la mission européenne de soutien à la police palestinienne (EUPOL COPPS), où il sert aujourd’hui à son quartier général.

Du coach législatif !

A Ramallah, auprès de ses homologues palestiniens, il mène ce qu’on peut appeler un véritable coach législatif. La tâche n’est pas simple. Il faut, d’une part, que la Palestine soit dotée d’un cadre légal en lequel les autres États d’Interpol puissent avoir confiance. Ce sont eux qui, au final, donneront le feu vert à son adhésion … ou non (Lire : La Palestine veut adhérer à Interpol. Une course d’obstacles, un enjeu politique).

Et de l’échange d’informations

Il s’agit, d’autre part, d’élever le niveau technique de la police palestinienne, la préparer à atteindre le niveau d’un État capable d’échanger l’information. Les trois-quarts de la coopération internationale, c’est, en fait, de l’échange d’information. « C’est le plus important en définitive ».

(Johanna Bouquet)

Rédaction de B2

© B2 - Bruxelles2 est un média en ligne français qui porte son centre d'intérêt sur l'Europe politique (pouvoirs, défense, politique étrangère, sécurité intérieure). Il suit et analyse les évolutions de la politique européenne, sans fard et sans concessions. Agréé par la CPPAP. Membre du SPIIL. Merci de citer "B2" ou "Bruxelles2" en cas de reprise

2 pensées sur “Un ancien de Zaventem à Ramallah pour aider les Palestiniens à franchir le cap

  • 9 mai 2016 à 11:08
    Permalink

    Donc le hamas, et par ricochet , tous les mouvements terroristes de gaza et ailleurs, vont avoir accès à des fichiers hautement confidentiels , personnes, organisations..Êtes vous devenu fous.
    Les belges et l’europe en général, tressent la corde pour se pendre.

  • 10 mai 2016 à 15:42
    Permalink

    L’intégration de Ramallah à Interpol n’a qu’un seul but ! Diaboliser Israel et pouvoir l’attaquer sur tous les fronts diplomatiques possible. Au lieu d’essayer d’éduquer la population dans la paix, mister Abbas préfére eviter les négociation et se placer en victime internationale.

Commentaires fermés.