La Russie dénonce la contrebande d’antiquités par Daesh … et la complicité de Turcs

(Crédit: EPA)
Statues, bijoux, monnaies… tout est utilisé (Crédit: EPA)

(BRUXELLES2) Dans une lettre adressée à ses collègues du Conseil de sécurité des Nations Unies, Vitaly Churkin représentant russe aux Nations Unies, dénonce la contrebande organisée par le département des antiquités de l’organisation de l’Etat islamique (Daesh/ISIL). Une contrebande qui rapporterait entre 150 et 200 millions de dollars par an et dont il retrace précisément avec détails le parcours des antiquités volées, depuis les sites archéologiques protégés par l’ONU jusqu’à leur revente sur Ebay. Il accuse nommément plusieurs Turcs d’être complices de ce trafic. Ce qui revient d’une façon à peine voilée, à mettre en cause la Turquie.

Contrebande de Daech systématique et très organisée

Selon le diplomate, la contrebande est des plus organisées au sein du « gouvernement » de Daech. Elle est gérée par le département des antiquités, dirigé par le commandant Abu Sayyaf al-Iraqi. Département qui octroie même des « permis » pour entreprendre des fouilles archéologiques, à prélever des objets et à les transporter. Le tout « sous la tutelle du prétendu ministère chargé de contrôler les ressources naturelles ».

Un business de 150 millions de dollars 

« En Syrie et en Irak, près de 100.000 objets appartenant au patrimoine mondial sont aux mains de l’État islamique d’Irak et du Levant (EIIL). On estime que le montant des revenus annuels que les islamistes tirent du trafic d’antiquités et de pièces archéologiques est compris entre 150 et 200 millions de dollars. »

Des Turcs complices du trafic

L’ambassadeur russe met en cause un réseau turc de grande ampleur. Les antiquités seraient transportées « à travers le territoire de la Turquie » et « vendues dans le cadre d’enchères illégales dans la ville turque de Gaziantep, plaque tournante de la contrebande de pièces du patrimoine, puis sont écoulés par un réseau d’antiquaires » notamment dans la région administrative d’Akçakale (à 640 km au sud-est d’Ankara, dans la province de Şanlıurfa).

Une liste nominative

Les services d’information russes possèdent une liste détaillée des trafiquant turcs impliqués. La lettre en cite nommément plusieurs :« Ismet Eren, le propriétaire d’un magasin d’antiquités situé au no 24 de la rue Karanfil, à Kilis, est impliqué dans ce trafic. Les transporteurs turcs Şenocak Nakliyat, Devran Nakliyat, Karahan Nakliyat et Egemen Nakliyat livrent les marchandises de gros volume. »

Revente mondiale via Ebay et les réseaux sociaux 

Le redistribution vers les « collectionneurs de divers pays » se fait « généralement sur des sites Web de vente aux enchères tels que eBay ou sur des sites de vente en ligne spécialisés » selon le Russe. Et les réseaux sociaux ne manquent par à l’arsenal de moyens utilisés par les « extrémistes », « de façon à se passer d’intermédiaire et à vendre les antiquités directement aux acheteurs ».

N.B: Contrairement aux Turcs, Ebay a rapidement réagit aux déclarations russes, assurant être en « en train de vérifier les déclarations de cette lettre » et n’avoir aucune « intérêt à voir des listes illégales de biens culturels et historiques apparaître » sur sa plateforme. 

(Leonor Hubaut)