Raid des ‘Barkhane’ contre le groupe Al Mourabitoun

(Crédit : DICOD/EMA - archives)
(Crédit : DICOD/EMA – archives)

(B2) Les forces françaises de l’opération Barkhane ont conduit une opération dans la région de Ménaka, au Mali, contre des éléments affiliés au groupe terroriste « Al Mourabitoun », dans la nuit du 19 au 20 décembre, a annoncé un communiqué de l’Etat-Major des armées mardi soir.

Combats violents durant plusieurs heures

« Au terme de combats violents qui ont duré près de quatre heures, deux pick-ups et une dizaine de motos ont été saisis. Une dizaine de terroristes ont été neutralisés ». Ce qui indique, en langage de communication, qu’ils ont été tués ou blessés. « Une quantité importante d’armements et d’explosifs a été récupérée » ajoute l’Etat-major.

Un groupe meurtrier

Le groupe Al Mourabitoun est responsable « de plusieurs attentats » au Mali et au Niger, « contre des forces armées locales et des forces internationales ». Il avait notamment revendiqué l’attaque contre l’hôtel Radisson Blu de Bamako, le 20 novembre dernier (lire : Les experts européens ont prêté main forte après l’attaque du Blu Radisson à Bamako). Al Mourabitoun est né de la fusion du Mujao et des « Signataires par le sang », le mouvement créé par Mokhtar Belmokhtar en décembre 2012, après son éviction d’AQMI. Les Signataires par le sang avaient revendiqué l’attaque contre l’usine d’In Amenas (Algérie).

(NGV)