B2 Le Quotidien de l'Europe géopolitique. Actualité. Dossiers. Réflexions. Reportages

Brève blogGolfe Moyen-OrientMissions Opérations

L’Allemagne s’engage un peu plus avant en Irak aux côtés des Français

(B2) Il y avait eu l'annonce de renforts au Mali et pour la formation des Kurdes. Des mesures déjà anticipées lors du Conseil des ministres de la Défense, le 17 novembre par Ursula von der Leyen, et qui viennent davantage dans des actions déjà prévues auparavant (surtout la Minusma).

Il y a maintenant un engagement plus décisif des Allemands et que détaille notre confrère de Augengeradenaus, Thomas Wiegold.

Coté aérien : de quatre à six avions de reconnaissance Tornado pourraient venir appuyer les frappes aériennes françaises contre l'organisation de l'état islamique (ISIS). Ils pourraient venir de l'escadron 51 de la Force aérienne tactique Immelmann du Schleswig-Holstein. Des pods de reconnaissance permettent l'enregistrement numérique et la télécommande. Le lieu où seront stationnés ces avions —  Turquie, Jordanie ou la basé aérienne de l'OTAN en Crète — reste à discuter. En outre, les résultats de la reconnaissance du satellite de reconnaissance allemand SAR-Lupe doit être partagé.

Un Airbus A310 de la Luftwaffe , sera mis à disposition pour le ravitaillement des avions de chasse français. Les procédures de coopération ont déjà été testées dans la mission au Mali.

Côté marine, une frégate de la marine allemande sera dédiée pour accompagner le porte-avions français Charles de Gaulle, qui se trouve dans la Méditerranée orientale, servant de plate-forme pour des frappes aériennes françaises en Syrie.

La base juridique de cet engagement (condition sine qua non en Allemagne) est quasiment remplie, selon notre collègue allemand, avec la résolution du Conseil de sécurité de l'ONU, après les attentats terroristes de Paris (qui ne contient pas d'application du chapitre VII de la Charte), couplée avec la clause de légitime défense de l'article 51 de la Charte des Nations Unies et l'appel officiel à l'aide de la France via la clause d'assistance mutuelle de l'article 42.7 du traité de l'UE. Reste encore deux trois petites choses à régler : la structure de commandement, les règles d'engagement, etc.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).

s2Member®