Quelles sont les causes principales de la piraterie ?

PiratMaritPrisonsCouv@UNODC1509(B2) Une enquête, réalisée auprès de 66 pirates somaliens qui se trouvent dans les prisons au Somaliland, au Puntland et aux Seychelles, vient d’être publiée. C’est une des premières études réalisée de la sorte qui permet de mieux saisir les ressorts de la piraterie somalienne, et les moyens de dissuasion.

La situation économique cause de la piraterie

Réalisée par l’ONUDC en collaboration avec l’ONG Behond the piracy (OBP), elle désigne la pauvreté comme une des raisons principales du passage à l’acte. Les mauvaises conditions économiques sont en effet citées comme une raison principale pour passer à l’acte et faire de la piraterie. « Je n’avais plus d’argent, j’ai donc décidé de rejoindre les pirates afin d’obtenir de la nourriture » cite l’un d’eux. « Ma famille est pauvre, voilà pourquoi je rejoins les pirates » précise un autre.

La pêche illégale menée dans leur région est une autre raison rationnelle souvent citée pour justifier la piraterie. Les « pêcheurs illégaux nous ont amené à devenir pirates » fait remarquer un prisonnier. Un nombre important de détenus rejettent ainsi le terme “pirates” ou de “piraterie”. Ils se considèrent comme des pêcheurs.

L’action des marines internationales facteur dissuasif

L’action des marines internationales, plus que toute autre activité de lutte à la piraterie, ont le principal moyen de dissuasion. La présence de gardes armés à bord des navires a souvent aussi été mentionnée, avec la crainte de se faire tirer dessus.

Les prisonniers se déclarant très impactés par la prison, et expriment une forte volonté d’éviter d’y retourner. Pour ceux qui connaissent quelqu’un qui a quitté la piraterie, la pression familiale ou de la communauté est souvent cité comme un facteur d’abandon.

(NGV)

Télécharger l’étude

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).