Bavure américaine sur l’hôpital de MSF à Kunduz ?

L'hôpital de MSF de Kunduz en feu sous les bombardements (crédit : MSF)
L’hôpital de MSF de Kunduz en feu sous les bombardements (crédit : MSF)

(B2) L’hôpital de Médecins sans frontière à Kunduz, au nord de l’Afghanistan a été « frappé à plusieurs reprises au cours de bombardements soutenue et a été très gravement endommagé » dénonce l’organisation humanitaire. Selon MSF, douze membres du personnel et au moins sept patients, dont trois enfants, sont morts. 37 personnes ont été blessées, dont 19 membres du personnel (*). Ce centre de traumatologie MSF – qui est la seule installation du genre dans la région – est notamment assuré par MSF Belgique.

« Lorsque l’attaque aérienne a eu lieu ce matin, nous avions 105 patients et accompagnants à l’hôpital et plus de 80 personnel médical, international et national, de MSF. Nous ne disposons pas encore des chiffres définitifs de victimes. Mais notre équipe médicale fournit les premiers soins et nous recensons les personnes décédées » explique Bart Janssens, directeur des opérations à MSF Belgique. « Nous sommes profondément choqués par cette attaque, le meurtre de notre personnel et les patients ». Et d’appeler « toutes les parties à respecter la sécurité des installations et du personnel de santé ».

Les Américains reconnaissent du bout des doigts une erreur

Ce bombardement serait dû à une erreur des frappes américaines. Les forces US ont, en effet, mené une attaque aérienne « dans la ville de Kunduz à 02h15 (locale), contre les individus qui menacent la force. Cette frappe peut avoir entraîné des dommages collatéraux à un établissement médical à proximité » reconnait le colonel Brian Tribus, porte-parole des forces US dans la région. « L’incident est sous enquête »

Plusieurs séries de bombardements

Le scénario des frappes telles que raconte MSF laisse planer cependant un sérieux doute sur cette première version. Et on semble au-delà d’un simple dégât collatéral. « De 02h08 jusqu’à 03h15, heure locale, l’hôpital de traumatologie de MSF à Kunduz a été frappé par une série de bombardements aériens à environ 15 minutes d’intervalle. Le bâtiment central de l’hôpital, abritant l’unité de soins intensifs, les salles d’urgence, et la physiothérapie, a été frappé à plusieurs reprises de façon très précise au cours de chaque incursion aérienne, tandis que les bâtiments environnants ont été laissés quasi intactes. »

La coalition à l’origine des bombardements pour MSF

Pour MSF, il n’y a aucun doute, la coalition est à l’origine des bombardements. « Toutes les indications pointent actuellement que le bombardement a été mené par les forces internationales de la coalition. » Fait aggravant : « Le bombardement a eu lieu alors que MSF avait fourni les coordonnées GPS de l’hôpital de traumatologie à la Coalition et aux responsables militaires et civils afghans, y compris très récemment le mardi 29 septembre, pour éviter justement que l’hôpital ne soit frappé. (…) Nous n’accepterons pas que les dizaines de victimes de ce bombardement soient simplement considérées des «dommages collatéraux». »

MSF demande une enquête

« MSF demande que la coalition rende des comptes complets au sujet de ses activités de bombardements aériens sur Kunduz le samedi matin. MSF demande également qu’une enquête indépendante soit menée afin que les responsabilités de cette attaque soient clairement établies.  (…) Nous exigeons des forces de la coalition la transparence la plus totale. »

Depuis que les combats ont éclaté lundi dernier, l’hôpital de MSF a traité 394 blessés.

(NGV)

(*) Un premier bilan faisait état de 3 morts et 30 personnes sans nouvelles. Bilan revu à la hausse dans la matinée.