Ces très chers battlegroups, vraiment inutilisables ?

Ces très chers battlegroups, vraiment inutilisables ?

Share
(crédit : MOD Suède : Nordic Battlegroup)

(crédit : MOD Suède : Nordic Battlegroup)

(BRUXELLES2) La force de réaction rapide de l’Union – les fameux Battlegroups ou Groupements tactiques – sont toujours au garage. Et ils risquent d’y rester – sauf volonté politique très clairement affirmée. Car plusieurs opportunités ont été perdues dans le passé. J’en ai compté 4. Et le planning actuel des battlegroups, s’il est à peu rempli en apparence, compte dans les faits de nombreux trous quand on prend en compte les contingences économiques, politiques et opérationnelles.

Un dernier loupé…

La dernière opportunité loupée, c’était en Rép. Centrafrique (RCA). Tout était taillé pour une action d’un des groupements tactiques de l’Union européenne : la situation de crise prégénocidaire, une possibilité d’intervention bien cadrée au plan géographique (Bangui ou Ouest de la RCA), un engagement limité dans le temps, l’engagement de l’Union africaine d’un côté, de l’ONU de l’autre, un consensus international favorable. Et chacun (Haut représentant comme Etats membres) a contribué à ce que cette occasion soit perdue… (lire :  Envoyer ces « foutus » battlegroups en Centrafrique, vous n’y pensez pas ! et Battlegroup pour la Centrafrique ? Comment Cathy a dit stop !)

Trois autres opportunités perdues en six ans

Ce n’est pas la première fois qu’une telle opportunité est loupée. Dans le passé, par trois fois, un besoin s’est fait sentir d’une intervention rapide, le pays ou l’ONU était demandeur, et l’idée d’envoyer un battlegroup a été mise sur la table, ou moins envisagée un moment, avant d’être finalement abandonnée.

1° En 2008, au Congo, raconte Alain Le Roy, ancien responsable des casques bleus à l’ONU et actuel secrétaire général du Service diplomatique européen. « Quand j’étais au département du maintien de la Paix de l’ONU, j’avais demandé une aide européenne pour le Congo, un battlegroup avait été sérieusement envisagé. Mais on ne l’avait pas obtenu » (lire aussi : Le Battle group franco-allemand partira-t-il au Congo? et L’UE étudie quatre options pour le Congo).

2° Sur la Libye, aussi en 2011, on avait aussi sérieusement envisagé la possibilité de faire intervenir un battlegroup pour assurer l’évacuation des ressortissants européens et étrangers, le « Nordic battlegroup » était prêt. « Mais la question des coûts avait fortement freiné fortement le déploiement » (lire : Eufor Libya : le nordic Battlegroup « ready to go ».

3° Au Mali, en 2013, également, « il avait un moment question d’envoyer un battlegroup ». Mais là apparemment c’étaient les Français qui n’étaient pas très chauds d’avoir du multinational. Et les nations d’astreintes n’étaient pas « chauds bouillants » pour reprendre une expression adéquate… (lire : Mali. Un certain échec du concept des battlegroups).

Revue d’effectif : Un planning à très gros trous

Si vous regardez un des plannings diffusés, ne vous y trompez pas, la moitié des slots remplis ne seront pas utilisés. Personne n’osera le dire vraiment au sein de l’Union européenne. Je l’ai testé à plusieurs reprises. On vous fera des gros yeux avec un « Oh » comme une vierge effarouchée, avant de vous dire, avec un soupir : bon, vous « exagérez un peu.. » ou « je ne dirai pas tout à fait çà », le plus souvent appuyé par un long silence accompagné d’un sourire en coin qui en dit plus que tous les discours.

Ceux qui sont là pour la figuration

De fait, si vous voyez un battlegroup, siglé « britannique » (d’astreinte au 1er semestre 2016), vous êtes quasiment sûr qu’il ne partira pas, par principe idéologique : un Britannique participe rarement à une opération européenne, sauf si elle est maritime et, de préférence, commandée par un amiral britannique (Londres parlera alors d’opération multinationale sous commandement britannique !). Idem pour un battlegroup « Helbroc » (d’astreinte au 2e semestre 2016), commandé par la Grèce avec la Roumanie ou la Bulgarie (*), mais pour d’autres raisons (budgétaire).

Ceux qui partiront difficilement

Les battlegroups sous commandement italien (respectivement 1er et 2e semestre 2017) ou espagnol, ne sont pas mieux lotis au niveau budgétaire, et ne devraient pas pouvoir « décaler » pour des motifs économiques, sauf pour raison d’intérêt national. Ce blocage pourrait même atteindre la France. Dans la configuration actuelle de surmobilisation des troupes (intérieure, Irak, Mali…), inutile de demander à l’Etat-Major de déployer un GTIA de 1500 hommes en opération extérieure. « Je ne sais pas où on les prendrait » m’a expliqué un officier. Sauf, là encore, pour une raison ou un théâtre d’intérêt national, jugé ultra prioritaire par Paris.

Ceux qui seraient bien partis… mais

De fait, ils restent trois battlegroups théoriquement opérationnels : le Nordic battlegroup (d’astreinte ce 1er semestre 2015). Mais on sent bien qu’à Stockholm surtout, le coeur n’y est plus vraiment. « L’ambiance n’est pas identique à ce qu’il y avait il y a quelques années », m’a confié un expert nordique. Plusieurs raisons : le changement d’ambiance politique, les Suédois ont été très déçus du peu de réponse donnée par les Européens à leur volonté d’engagement lors de leur dernière permanence (en 2011). Enfin, cela coûte cher. « On a investi beaucoup d’argent dans ces battlegroups, c’est très couteux. Et cela suscite la controverse. On se pose la question en Suède pour savoir si c’est vraiment, nécessaire et sur leur utilité réelle » résumait récemment une eurodéputée verte, Bodil Ceballos.

Ceux qui pourraient peut-être éventuellement partir, si…

La surprise pourrait, en fait, venir du battlegroup Germano-Austro-Néerlandais (de permanence au 2e semestre 2016), théoriquement opérationnel, avec une volonté allemande de s’illustrer au plan de la politique étrangère (nationale comme européenne), mais on a du mal à voir dans quelle configuration géopolitique il pourrait le faire. Reste le battlegroup des Visegrad (emmené par les Polonais). Mais, là aussi, on a du mal à les voir s’engager dans un terrain africain « pur » sans soutien solide d’un autre pays. Encore qu’une surprise est toujours possible. Lors des dernières opérations au Tchad (EUFOR Tchad RCA) en 2008 et en Centrafrique dernièrement (EUFOR RCA), les forces venues des pays de l’Est ont assuré la soudure nécessaire pour le lancement de la mission !

En bref, j’avais écrit dans le passé que la force de réaction rapide de l’UE était à réaction lente, je dirai aujourd’hui plutôt qu’elle fonctionne au GPL, le gaz étant gelé, il faut trouver le moteur pour le reliquéfier avant qu’il reparte…

(Nicolas Gros-Verheyde)

Lire aussi :

(*) Celui-ci comprend théoriquement des Ukrainiens. Mais ceux-ci « ont, je pense, d’autres préoccupations que la PSDC aujourd’hui » confiait, récemment, avec une ironie toute en finesse, un haut gradé européen.