Deux avions d’aide humanitaire du CICR arrivent au Yemen

(B2) Le Comité international de la Croix-Rouge (CICR) a acheminé ce vendredi (10 avril) vers le Yémen du matériel médical faisant cruellement défaut. Des secours « distribués aux hôpitaux de tout le pays pour soigner les blessés, après des jours d’intenses affrontements » précise le CICR dans un communiqué.

Un premier avion de secours, un autre prévu

L’avion transportait une cargaison de 16,4 tonnes de médicaments, matériel de pansement, fluides intraveineux et équipements chirurgicaux (en quantité suffisante pour soigner entre 700 et 1 000 personnes grièvement blessées). Il a atterri dans la capitale Sanaa « tandis que certaines sources indiquaient que des structures médicales et des personnels de santé avaient été la cible d’attaques ». Une équipe chirurgicale du CICR composée de cinq personnes est arrivée à Aden – la grande ville portuaire du Sud, il y a deux jours. Un second avion transportant du matériel médical supplémentaire, des générateurs et des équipements sanitaires d’urgence devrait atteindre Sanaa ces prochains jours

Les hôpitaux à court de médicaments

Pour Cédric Schweizer, qui dirige l’équipe du CICR au Yémen, « l’arrivée de ces secours est une question de vie ou de mort pour les personnes blessés dans ce conflit ». « Les hôpitaux et les dispensaires qui prennent en charge les nombreux blessés par suite des violents raids aériens et des combats terrestres acharnés dans beaucoup de régions du Yémen commencent à être à court de médicaments et d’équipements vitaux, et les conditions de vie de la population ne cessent de se détériorer ».

Des structures médicales pris pour cible

« Selon certaines informations troublantes qui nous parviennent, cependant, des structures médicales ont subi des dommages collatéraux et ont été endommagées. A Aden, des ambulances ont été volées et des travailleurs médicaux pris pour cible. Ce qui est inacceptable. » rappelle le CICR. « Tous les malades et les blessés ont droit à être pris en charge, et les personnels de santé doivent pouvoir faire leur travail sans craindre d’être à leur tour pris pour cible. ». Deux volontaires et un employé du Croissant rouge du Yémen ont tués alors qu’ils étaient occupés à évacuer des blessés.

(NGV)

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).