La brigade Serval en images et en écrits

La brigade Serval en images et en écrits

OffensiveEclairMaliServalLivre(B2) « Offensive Eclair au Sahel. La Brigade Serval au combat » de Rémi Scarpa est avant tout un formidable ouvrage de photos et un récit, au sens guerrier du terme. « Jamais, depuis la guerre d’Algérie, l’armée française ne s’était engagée dans une opération militaire d’une telle envergure, avec une telle rapidité et pareille efficacité » écrit l’auteur. Une réalité. Les moyens engagés sont non négligeables. « Près de 5 000 hommes, plusieurs centaines de véhicules blindés, des dizaines d’avions de combat et de transport, d’hélicoptères d’attaque et de manoeuvre ».

Cet engagement a été rude et robuste (1). « Début 2013, la brigade Serval a mené durant quatre mois un combat intense, libérant rapidement Gao et Tombouctou, avant de livrer de rudes combats dans la boucle du Niger et dans l’Adrar des Ifoghas« , avec l’appui de forces africaines (tchadiennes essentiellement) et un appui logistique aérien européen, assez discret. Point principal, au moment où la logique politique et la doctrine ne cesse de mettre en exergue la technologie, l’intervention à distance, les moyens « virtuels », cette intervention s’est faite en véhicules, à pied, de façon très rustique souvent, avec des combats rapprochés, dans une zone désertique. Cette opération a « redoré le blason de la France, dans son statut de « puissance militaire » » indique Scarpa, à un moment pourrions-nous ajouter où les autres pays avaient entamé ou terminé la période d’engagement intensif en Afghanistan.

Au-delà de l’exégèse politique, cet ouvrage est intéressant car il donne la parole aux combattants et est abondamment illustré par 450 superbes photographies et accompagné d’un reportage de 55 minutes (réalisé par l’ECPAD).

(16 janvier 2015, 59 euros)

(1) Lire aussi :