Un navire de pêche iranien capturé par les pirates en Somalie ?

(B2) Un bateau de pêche iranien aurait été capturé par les pirates somaliens au large des côtes somaliennes, « cette semaine », annonce l’AFP qui cite un responsable de l’UNODC (l’office des Nations unies contre la drogue et le crime). Le navire de pêche aurait été en situation de pêche illégale. Une information qui suscite cependant certaines interrogations. B2 a pu avoir Alan Cole, le responsable de l’UNODC, qui a confirmé l’information. Du côté de la force maritime européenne anti-piraterie (EUNAVFOR) présente dans la zone, on est plus prudent et on confirme juste « enquêter » sur ce cas.

Si elle devait être confirmée, Ce serait ainsi la première prise des pirates depuis presque trois ans et l’arraisonnement du pétrolier grec Mv Smyrni le 10 mai 2012 en mer d’Arabie au large d’Oman (lire : Un autre navire libéré des pirates).

Des tankers iraniens attaqués à plusieurs reprises dans le Golfe d’Aden ?

De son côté, l’agence iranienne de presse (IRNA) mentionne que la marine iranienne a déjoué plusieurs attaques de pirates contre des tankers iraniens dans le Golfe d’Aden et dans l’Océan indien.

La dernière attaque en date a été déjouée mercredi (25 mars) matin, alors qu’un groupe de 32 pirates — à bord de 4 skiffs rapides, assistés d’un baleinier, jouant sans doute le rôle du bateau-mère — a tenté de prendre d’assaut un tanker dans le détroit de Bab-el-Mandeb, qui contrôle l’entrée de la mer rouge, entre le Yemen et Djibouti.

Une autre attaque avait été signalée dimanche (22 mars) quand plusieurs pirates, à bord de deux skiffs, ont tenté d’arrêter le tanker tout près du détroit de Bab-el-Mandeb en ouvrant le feu. Une première intervention de la marine n’a pas suffi. Trois heures plus tard, les pirates à bord de six skiffs, cette fois, sont repassés à l’attaque avec des « armes semi-lourdes » précise Irna (des RPG sans doute). « Ils ont été forcés de se retirer après plusieurs heures d’échanges de tirs. C’est le plus sévère engagement de la marine iranienne dans leur mission de protection des navires marchands iraniens » précise le commandement de la marine iranienne.

Le 3 février, la 33e flotte de la marine iranienne — composée du destroyer Shahid Qandi, du navire logistique Bandar Abbas et du sous-marin Tareq — avait également déjoué deux attaques séparées de pirates contre des tankers iraniens en haute mer.

Des incidents qui n’ont pas été signalés par les forces maritimes présentes dans la zone (notamment EUNAVFOR *) comme les sources professionnelles maritimes (BMI). NB : il est vrai que la marine iranienne est la seule marine présente dans la zone à ne pas faire partie du système « de partage d’information et déconfliction » (Shade) qui regroupe tous les navires de l’OTAN, européens, asiatiques comme russes, actifs dans la lutte anti-piraterie.

(NGV)

(*) La force de l’OTAN « Ocean Shield » n’est plus présente en permanence dans la zone.

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).