Des militaires ukrainiens blessés sur le front de l’est rapatriés en Allemagne

(crédit / Bundeswehr)
Evacuation des patients de l’avion à Stuttgart (crédit : Flughafen Stuttgart /Schleicher)

(B2) Un avion A-310 , spécialement équipé pour l’évacuation sanitaire (Medevac), a rapatrié  en Allemagne, 17 soldats ukrainiens blessés au cours des combats dans l’est de l’Ukraine, pour un traitement médical en Allemagne, annonce la Bundeswehr.

Des blessés répartis dans plusieurs hôpitaux

Une équipe médicale était partie il y a quelques jours, le 15 mars, en Ukraine, pour « sélectionner les soldats ukrainiens blessés et les préparer » au rapatriement. Les patients arrivés en Allemagne, vendredi (20 mars), ont ensuite été répartis dans différents hôpitaux de l’armée allemande. Les quatre premiers patients ont ainsi été transférés de l’aéroport de Stuttgart et emmenés à l’hôpital militaire d’Ulm. L’Airbus s’est ensuite envolé pour Hambourg. Là, huit autres patients ont été pris en charge par les hôpitaux des Forces armées de Hambourg et de Westerstede. Enfin, les patients restants ont été transférés de l’aéroport de Cologne vers l’hôpital militaire central de Koblenz.

Un soutien de plusieurs pays européens

Cette action entre dans le cadre d’un soutien plus général de plusieurs pays européens — en particulier la Lituanie, la Pologne ou la Rép. Tchèque — à la prise en charge des civils ou militaires blessés gravement, ou demandant des soins longs et compliqués. Des blessés assez nombreux dans ce conflit civil qui dure maintenant depuis plus d’un an. L’Allemagne avait déjà ainsi rapatrié et accueilli plusieurs civils et soldats grièvement blessés. En mars 2014, 24 citoyens ukrainiens, blessés suite aux événements de Maidan, avaient été transportés et traités dans les hôpitaux militaires et civils allemands. En septembre 2014, 20 soldats ukrainiens, grièvement blessés lors de combats dans l’est de l’Ukraine, avaient été rapatriés pour traitement dans quatre hôpitaux des Forces armées en Allemagne. « Trois d’entre eux sont d’ailleurs encore sous traitement à Hambourg et Koblenz », précise-t-on à la Bundeswehr.
(NGV)

Lire aussi :

Nicolas Gros-Verheyde

Rédacteur en chef du site B2. Diplômé en droit européen de l'université Paris I Pantheon Sorbonne et auditeur 65e session IHEDN (Institut des hautes études de la défense nationale. Journaliste depuis 1989, fonde B2 - Bruxelles2 en 2008. Correspondant UE/OTAN à Bruxelles pour Sud-Ouest (auparavant Ouest-France et France-Soir).